Contre le terrorisme : Auguste Denise Barry pour l’adoption d’un «Plan Marshall»

974 0

Le premier colloque international de Ouagadougou a ouvert ses portes ce mardi 5 septembre 2017. Trois jours durant, les acteurs s’attèleront à la formulation de « stratégies innovantes » à même de lutter efficacement et durablement contre l’insécurité en général et le terrorisme en particulier dans la bande sahélo-saharienne.

Une seule question rassemble environ 500 participants et une cinquantaine d’experts à Ouagadougou : « Perspectives sécuritaires dans la bande sahélo-saharienne : Quelles stratégies efficientes et transformationnelles ? ».

Placé sous le co-parrainage de deux anciens Chefs d’Etat africains, le top départ du colloque international de Ouagadougou a été donné ce 5 septembre 2017 avec la participation de plusieurs anciens ministres de la Transition au Burkina, des représentants de la société civile, des leaders politiques, coutumiers et religieux, des corps militaire et paramilitaire, diplomatique, et une dizaine de pays représentés.

Déjà, les acteurs associant leurs compétences sont unanimes que pour lutter notamment contre le terrorisme, il faudrait au préalable trouver des solutions pour lutter contre le grand banditisme. Le colloque se tient du 5 au 7 septembre dans la Capitale burkinabè. Il est coparrainé par Thabo M’béki, ancien Président d’Afrique du Sud, et John Jerry Rawlings, ancien Président du Ghana.

L’intervention de l’ancien Président ghanéen a été marquée par un partage d’expériences notamment dans le domaine de la lutte contre la corruption sous toutes ses formes, tout ce qui favorise le terrorisme et l’extrémisme violent. Il pense qu’il faudrait inscrire ces aspects au titre des priorités nationales et investir davantage dans l’engagement citoyen, le renforcement des capacités et la prise de décisions courageuses.

Pour le Directeur exécutif du Centre d’études stratégiques en défense et sécurité (CESDS), le Colonel Auguste Denise Barry, ce premier colloque se situe à un niveau stratégique et ambitionne de mener des réflexions qui vont permettre d’élaborer des stratégies efficientes mais également transformationnelles. « Ce colloque se situe dans un contexte particulièrement difficile pour nos Etats, nos communautés, nos populations », reconnaît l’ancien ministre de la sécurité.

Nous pensons qu’il faudrait envisager la mise en place d’un « Plan Marshall »…

Plusieurs solutions concrètes sont attendues à l’issue de ce colloque international au nombre desquelles une proposition de « stratégies efficientes intégrées » de lutte antiterrorisme au niveau des Etats et une proposition de « solutions face aux insuffisances capacitaires » au niveau des systèmes de défense et de sécurité.

Concernant les insuffisances capacitaires, « nous pensons qu’il faudrait envisager la mise en place d’un « Plan Marshall » ou d’un programme spécial pour permettre aux Etats de s’équiper de façon appropriée afin de pouvoir faire face au défi sécuritaire », a lancé Auguste Denise Barry. Selon lui, lorsque les Etats sont confrontés à des situations de difficultés financières, il arrive de leur trouver une panacée qui puisse permettre de résoudre la question fondamentale de leur capacitation.

L’Officier de l’armée en disponibilité précise que la question du terrorisme ne peut pas être réglée uniquement dans le cadre d’une lutte armée, mais qu’il faut travailler également dans le cadre de la prévention pour faire en sorte que toutes les questions socioéconomiques de développement puissent être résolues dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Organisé sous forme de plénières et d’ateliers, ce cadre d’échanges et de partage d’expériences constitue l’un des premières activités du CESDS qui se veut un « laboratoire d’idées », un outil pour renforcer la sécurité au Burkina et en Afrique. Cet outil d’aide aux décisions politiques, institutionnelles ou non en matière de défense et de sécurité a pour objectif principal d’être un outil pour relever les défis sécuritaires qui se posent au Burkina Faso en particulier et au continent africain en général. La clôture du colloque international de Ouagadougou est prévue pour le 7 septembre 2017.
Noufou KINDO

Burkina 24

Portfolio : 



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *