Daouda Simboro : « On ne fera pas de cadeau au président Sakandé »

771 0

L’Opposition burkinabè n’a pas présenté de candidat lors de l’élection du Président de l’Assemblée nationale en remplacement de Salifou Diallo, décédé le 19 août 2017. Le président du Groupe parlementaire Union pour le progrès et le changement (UPC), Daouda Simboro s’explique : « il ne fallait pas ajouter une crise parlementaire à la crise sociale ».

C’est désormais Alassane Sakandé qui préside l’Assemblée nationale après son élection le vendredi 8 septembre 2017. Pour être élu, le seul candidat, issu du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) avait besoin de 64 voix. Il en a eu 104, bien plus qu’il n’en fallait. Y a-t-il eu compromission de la part de certains députés de l’Opposition ?

Daouda Simboro reste prudent. « Avec le score qui est affiché, on peut être enclin à penser que peut-être une bonne partie de cette opposition a pu faire une compromission. (Mais) il est un peu hâtif de tirer des conclusions en termes de compromission », avance le président du groupe parlementaire UPC. A en croire ce dernier, aucun répit ne sera accordé au nouveau président : « Même si le score peut vous inciter à croire autrement, rassurez-vous, je suis le président du groupe parlementaire UPC et vous allez nous voir sur le terrain. On ne fera pas de cadeau au président Sakandé ».

Lire 👉👉👉 Alassane Sakandé, nouveau Président de l’Assemblée nationale 

L’UPC avait également proposé, lors d’une rencontre, des consignes pour le vote. « L’abstention » avait alors été présentée. « Mais le vote se fait dans l’isoloir, c’est secret », rappelle Daouda Simboro. Du nouveau président de l’Assemblée nationale, le président du groupe parlementaire UPC affirme ne pas douter pas de ses capacités de gestion vu que, dit-il « il a déjà montré ses capacités à travers la gestion du groupe parlementaire MPP ».

Juliette Bounkoungou, parlementaire au compte du Congrès pour la démocratie et progrès (CDP), parti d’opposition, estime qu’il n’y avait pas lieu pour l’Opposition de présenter un candidat pour cette élection. « Nous avons estimé qu’il ne s’agit pas d’un nouveau mandat. Il s’agit d’un ancien mandat qui a été écourté par la mort de son titulaire », dit-elle. Quand il s’agissait de l’élection du Président (celle de Salifou Diallo, ndlr), se rappelle Juliette Bounkoungou, l’opposition a présenté un candidat à travers celui de l’UPC.

Le député Alexandre Sankara de la majorité parlementaire dit être « soulagé » après l’élection du nouveau président de l’Assemblée nationale. Sans aucun doute, il affirme que Alassane Sakandé « sera un bon président parce que c’est un jeune. C’est ce côté que je perçois ». C’est message à la jeunesse, dit-il.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *