Sécurité routière : 150 enfants formés par les fonctionnaires féminins de la Police nationale

141 0

L’Association des fonctionnaires féminins de la Police nationale a organisé ce samedi 9 Septembre 2017, la 2e édition de la séance de sensibilisation sur la sécurité routière à Ouagadougou. Avec pour thème « Pour une sécurité durable sur nos routes, formons nos enfants à la base », cette séance de sensibilisation est organisée au profit des enfants de 0 à 18 ans.

Ce sont au total 150 enfants qui bénéficient de cette séance de sensibilisation sur la sécurité routière. Cette activité vient permettre aux enfants d’apprendre le Code de la route afin de les protéger et de protéger les autres usagers de la route.

Selon Joselyne Somé/Dabiré, commissaire principal de Police et vice-présidente de l’association, cette activité est organisée afin de donner les notions de sécurité routière aux enfants à la base pour servir à un changement de comportement au niveau de la société burkinabè.

Pour elle, «  certains adultes ne donnent pas l’exemple en circulation. Ils pensent que l’éducation s’arrête au niveau de la maison, alors que sur la voie publique, cela donne un mauvais exemple aux enfants ». Au cours de cette séance de sensibilisation, les enfants ont été initiés au respect des feux de signalisation et les autres aspects du Code de la route. Au niveau des plus âgés, certains seront sélectionnés pour passer le permis afin de faciliter la manière d’aborder les voies publiques.

Selon la marraine de l’association, Rose Sanou, ces connaissances peuvent aider les enfants et la société car, « nous avons besoin de l’éducation des enfants, dit-elle en ajoutant que, les problèmes du monde entier relèvent de l’éducation ».

Contrairement à la première édition, Somé/Dabiré Joselyne trouve qu’il y a une innovation. Celle des jeux de rôle qui étaient absents à la première édition. C’est un processus qui consiste à «   faire en sorte qu’ils (les participants, ndlr) se mettent à la place de l’Etat, à travers l’agent de police, et voir ce que peut porter comme frustration, le fait de ne pas respecter le feu et d’être obligé de rappeler les choses ».  

Alice THIOMBIANO (stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre