Barrage de Ziga : L’ONEA s’active contre l’évaporation et l’envasement  

623 0

Afin lutter contre l’envasement et l’évaporation de l’eau du Barrage de Ziga, l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA), a entrepris une campagne de reboisement progressif de la zone de servitude du Barrage de Ziga. Pour cette année, c’est le samedi 9 septembre 2017 que les premiers responsables ont choisi pour le lancement de la campagne. C’était sur le site dudit barrage.

« Cette activité, au regard de son objectif, se trouve au cœur de notre mission de production et de distribution d’eau potable aux populations », a laissé entendre Mamadou Sanou, secrétaire général de l’ONEA. Il affirme que la présente campagne verra la mise en terre de 25.000 plantes dont 15.000 pour remplacer les plantes du reboisement précédent n’ayant pas survécu et les 10.000 dans des zones écologiquement dégradées.

Quant aux campagnes précédentes, le secrétaire général de l’ONEA affirme qu’elles sont satisfaisantes. « Il y a des touffes d’arbres un peu partout et le taux de réussite est de l’ordre de 80% », avance-t-il. Il a également déclaré que cette campagne de reboisement a un double objectif qui est de protéger l’environnement et la berge du barrage de Ziga.

De 2014 à 2016, ce sont plus de deux millions d’arbres qui ont été plantés, transformant ainsi des zones nues en zones boisées.

La présence des arbres sur la berge de Ziga émane d’un reboisement assisté selon les dires de l’environnementaliste de l’ONEA, Augustin Neya. Selon ses explications, le reboisement est dit assisté, car après celui-ci, il faut arroser les plantes et les entretenir jusqu’à la prochaine saison pluvieuse. Il annonce qu’au vu du changement climatique, il faut revoir les manières de reboiser et s’adapter aux conditions comme l’ONEA le fait.

Pour plus d’efficacité, l’ONEA a choisi un seul type de plante pour le reboisement, le prosopis juliflora. Et selon l’environnementaliste, il faut adapter la plante au sol et le sol de la berge du barrage de Ziga est cuirassé. C’est pourquoi cette espèce, au vu de sa plasticité, du fait qu’elle ne perde jamais ses feuilles, a été choisie. Pour le suivi des plantes, elles sont protégées avec un grillage et sont arrogées tous les 14 jours, explique Augustin Neya.

Vidéo – L’ONEA reverdit les berges du Barrage de Ziga

Burkina 24

En tant qu’environnementaliste, Augustin Neya suggère aux autorités burkinabè d’adopter le système qui consiste à planter peu, suivre avec toute les garanties l’évolution des plantes, au lieu de « planter 50.000 plantes et lorsqu’on revient l’année suivante, on ne trouve rien. C’est de l’argent qu’on jette, dit-il. Je pense qu’on ne peut pas revêtir le Burkina (ainsi) ». Il conclut qu’il faut planter responsable.

Les riverains du barrage de Ziga par la voix de Moussa Ilboudo, président de l’Union du groupement de la zone humide du barrage de Ziga, se disent prêts à accompagner l’ONEA pour revêtir la berge du barrage. « Nous allons contribuer en arrogeant périodiquement les plantes, surtout que nous avons un tricycle pour l’arrosage » dit-il.

Selon les responsables de l’ONEA, de 2014 à 2016, ce sont plus de deux millions d’arbres qui ont été plantés, transformant ainsi des zones nues en zones boisées.

Aimé KPODA (Stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *