« Ouaga Film Lab » 2017 annonce ses couleurs

481 0

10 projets portés par des binômes réalisateurs- producteurs, 5 producteurs et plusieurs grandes figures du cinéma se retrouvent à Ouagadougou du 11 au 23 septembre 2017 pour la deuxième édition de Ouaga Film Lab. Les organisateurs de ce réseautage de jeunes cinéastes se sont entretenus avec la presse, ce lundi 11 septembre 2017, sur les activités s’y afférentes.

Ouaga Film Lab se positionne comme une plateforme de développement et de coproduction de projets cinématographiques en Afrique de l’ouest. En effet, c’est un dispositif qui permet à des jeunes talents africains de rencontrer des personnalités du cinéma pour des séances de formation en scénario, de coaching, en technique de speech et de mise en réseau avec d’autres laboratoires d’Afrique et d’Europe.

L’objectif est de permettre à ces projets de films présentés de bénéficier d’un renforcement pour arriver à maturité au niveau des structures de financement. «Cela casse le financement traditionnel du cinéma que nous connaissons ici en Afrique à savoir les subventions, les guichets traditionnels pour amener les professionnels de cinéma de l’Afrique de l’ouest à améliorer leur travail et à se mettre avec les plateformes professionnelles », a expliqué Ousmane Boudaoné, administrateur de Ouaga Film Lab.

Des innovations annoncées…

20 jeunes talents porteurs de 10 projets venus du Bénin, du Sénégal, du Nigeria, du Niger et du Burkina Faso prendront part à la résidence Ouaga Film Lab. Ils sont encadrés par une dizaine de mentors et consultants venus d’Europe et d’Afrique.

La deuxième édition de Ouaga Film Lab innove cette année avec Ouaga Producers Lab, est un autre dispositif de formation intensif, de formation aux métiers de producteur avant, pendant et après Ouaga Film Lab. Cinq jeunes producteurs burkinabè ont été retenus et trois d’entre eux intégreront de grandes écoles en Tunisie et en Italie pour continuer leur formation dans deux écoles.

« Dans deux ou trois ans, notre souhait est qu’ils aient le label de producteurs internationaux qui sont prêts à accueillir d’autres réalisateurs du continent ou d’ailleurs », a dit Moussa Sawadogo, directeur artistique de Ouaga Film Lab.

Des professionnels aguerris du cinéma africain tels qu’Idrissa Ouédraogo, Gaston Kaboré du Burkina, Steven Malkovitch (Afrique du sud) Angèle Diabang (Sénégal) apporteront leur touche avec les masters-class.

8 prix sont encore décernés aux meilleurs projets cette année. Egalement l’accès aux réseaux de laboratoires partenaires, entre autres, la fabrique Cinéma de l’institut Français, La Ruche documentaire/ FIDADOC (Maroc), Sud Ecriture (Tunisie), EAVE (Luxembourg), le Moulin d’Andé (France), la SODEC (Québe), Berlinade (Allemagne), seront présents à Ouaga.

Revelyn SOME avec Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *