3e répartition des droits d’auteur : Le directeur s’explique

471 0

Suite aux multiples altercations des travailleurs du Bureau Burkinabè du Droit d’Auteur et des ayants droit (BBDA), le directeur Walib Bara a tenu à s’entretenir avec les membres de la structure pour porter des éclaircissements sur le prochain paiement des droits qui se tiendra à partir 27 septembre 2017.

Conformément à son calendrier de répartition des droits, le mois de septembre correspond à la 3e répartition de l’année et concerne les droits voisins, les droits provenant de l’étranger et les droits de reproduction mécanique.

Le montant global perçu s’élève à plus de 324 millions de F CFA.  Un montant à répartir entre 13 881 bénéficiaires dont 5 473 membres du BBDA et 8 408 membres des sociétés de droit étrangères partenaires du BBDA.

Delphine Somé, directrice de la répartition

« Autant nos artistes perçoivent des droits à l’étranger, autant nous reversons les droits des artistes étrangers », explique Martine Somé, directrice de la répartition.

Cependant, une baisse de 0,68% a été notée cette année contrairement à 2016 au niveau de la copie privée. Un fait qui s’explique, selon les dires Wahabou Barra, directeur général, en partie par l’introduction du nouveau logiciel informatique «Sylvie» à la douane.

Ce réaménagement au niveau de la douane a occasionné la suppression d’une partie de la liste des appareils soumis à la perception de la copie privée.  Par conséquent, de nombreux appareils ont échappé. Un préjudice qu’il rassure avoir pris les dispositions pour y remédier.

Les ayant droits concernés par cette répartition, sont les interprètes, les instrumentistes, les arrangeurs, les éditeurs, les scénaristes, les réalisateurs, les comédiens, entre autres.

Les membres BBDA face aux acteurs, directeur Wahabou Bara au milieu

La rencontre a permis aux auteurs d’émettre le besoin de communiquer avec leur maison pour comprendre le mécanisme de la perception et la répartition des droits.

Et le directeur de revenir sur les difficultés de collecte des droits. Pour lui,   il y a une faible culture des droits d’auteurs,  bon nombre d’utilisateurs ont l’impression que c’est un impôt, une taxe.

« Il faut travailler à la sensibilisation, à leur faire comprendre que c’est juste une redevance », dit-il. « A ce niveau, poursuit-il, pas mal de radios et de télévisions ne sont pas à jour, alors que ces médias ont pour contenu principal des œuvres assujetties aux droits d’auteur. Une des raisons qui a permis d’instituer la rentrée du droit d’auteur pour mieux sensibiliser les utilisateurs afin que les artistes puissent vivre de leur art».

Une vue des membres du BBDA et de la presse

La rencontre du jour a d’ailleurs été le lieu pour le directeur d’annoncer les activités de la deuxième rentrée d’auteur qui se tiendra du 26 au 28 octobre 2017 sous le thème « Culture sans frontières » à Bobo-Dioulasso. La levée de fonds  au cours de l’évènement sera reversée aux détenus des maisons de correction de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso.

Le BBDA joint à cette troisième répartition des droits, une campagne de don de sang.

Revelyn SOME

Burkina24

 

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *