Le planning familial réunit une vingtaine de journalistes africains à Bamako

435 0

Un atelier de mise à niveau des journalistes a été organisé du 18 au 20 septembre 2017 à Bamako, la capitale malienne. Organisé par l’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou (UCPO), basée au Sénégal et hébergée par IntraHealth International et ses partenaires, l’objectif est, entre autres, de renforcer la sensibilisation médiatique sur la santé de la reproduction et la planification familiale.

La Planification familiale, il faut le reconnaître, est en train de prendre de l’encrage institutionnel dans nombre de pays notamment africains. La rencontre régionale de Bamako a regroupé une vingtaine de journalistes spécialisés en population, santé et développement des 9 pays membres du Partenariat de Ouagadougou. Mais, après les plans nationaux de relance et de repositionnement de la PF, « sommes-nous réellement en phase d’accélération de la planification familiale ? ».

C’est la question principale qui taraude les esprits. Présents dans la « Capitale de la Diatiguiya », plusieurs représentants d’OSC, des leaders religieux, des jeunes, des experts dans divers aspects du Partenariat de Ouagadougou (PO), de la santé de la reproduction (SR) et de la planification familiale (PF) participent aux échanges.

L’objectif principal de cette rencontre, selon Fatimata Sy, Directrice de l’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou, est de renforcer la sensibilisation médiatique sur le PO, les progrès et enjeux et ainsi contribuer aux efforts des pays membres et de la société civile pour atteindre les objectifs fixés pour 2020. Il s’agit en effet d’atteindre au moins 2,2 millions d’utilisatrices additionnelles de méthodes de planification familiale dans les neuf pays concernés d’ici à 2020.

« Il s’agit aussi pour nous de renforcer les capacités des journalistes dans d’autres domaines de la santé où les inégalités persistent (fistules obstétricales, mariages et grossesses précoces, excision, etc.) en vue d’une saine information de la population », a fait noter Dr Cheick Touré, Directeur d’IntraHealth Mali, à la cérémonie d’ouverture des travaux.

Le PO a été lancé lors de la Conférence Régionale sur la Population, le Développement et la Planification Familiale tenue au Burkina Faso en 2011 par les 9 gouvernements (Bénin, Burkina, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Togo) des pays francophones de l’Afrique de l’Ouest et leurs partenaires techniques et financiers pour accélérer les progrès dans l’utilisation des services de planification familiale.

Fatimata Sy a rappelé que le Partenariat de Ouagadougou est basé sur deux principes. Il mise sur une meilleure coordination entre les bailleurs de fonds pour optimiser leurs soutiens aux pays et également sur une collaboration et coopération aux niveaux national et régional pour remédier au taux élevé des besoins non satisfaits en matière de planification familiale.

Le groupe clé des partenaires du PO est constitué notamment de l’Agence Française de Développement (AFD), l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID), la Fondation Bill & Melinda Gates, la Fondation William et Flora Hewlett, le Ministère Français des Affaires Etrangères, le Fonds des Nations Unis pour la Population (UNFPA) et de l’Organisation Ouest Africaine pour la Santé (OOAS).

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *