Front Anti-F CFA : Kemi Seba lance son dernier ultimatum

793 0

L’on garde en mémoire le 19 août 2017, date à laquelle l’activiste anti-F CFA, Kémi Seba a passé à la flamme un billet de 5.000 F CFA, question pour lui de manifester symboliquement contre cette monnaie coloniale toujours en vigueur dans les territoires autrefois sous annexion française. En Europe où il s’est installé depuis quelques semaines après son expulsion du Sénégal pour la France, Kemi Seba a dévoilé sa stratégie afin de secouer les décideurs des pays qui monnayent le F CFA.  Son seul objectif, « la vraie souveraineté de l’Afrique ».

Pour les challenges à venir, le levier sur lequel Kemi Séba compte est la jeunesse africaine et la diaspora. « La vérité est que  le CFA appauvrit viscéralement l’Afrique », estime-t-il non sans fustiger les élites africaines qui seraient, outre la France, ceux qui profitent le mieux de cette monnaie, loin de se soucier du degré de précarisation de leurs populations.

Ainsi, la suppression immédiate des comptes d’opération, l’expulsion des représentants de la France aux assises de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest et de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de Central et de facto, le retrait de tout pouvoir décisionnel qui leur est dévolu.  

« Nous laissons à nos Banques Centrales et aux chefs d’Etats africains jusqu’au 4 décembre 2017 pour nous présenter un plan de sortie du F CFA qui devra débuter et être réalisé intégralement  en 2018 », avertit Kemi Séba qui avec son organisation Urgences Panafricanistes promet s’appuyer sur la loi stipulant que « brûler “des” billets est illégal, mais brûler “un” billet est légal », a-t-il évoqué.

Il insiste sur le fait qu’il n’appelle pas à brûler des billets de banque mais fait comme tout le monde le constat que son geste est imité par de nombreux Africains.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                   Burkina24

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *