« I-Cut » : Une application pour lutter contre l’excision

Cinq Kényanes, Stacy Owino, Cynthia Otieno, Purity Achieng, Macrine Atieno et Ivy Akinyi ont créé « I-Cut », une application destinée à lutter contre les mutilations génitales féminines. Le caractère international de leur combat a pris forme entre les 7 et  11 août 2017 quand elles se sont rendues à la Silicon Valley aux Etats-Unis dans les quartiers généraux de Google.

Fortement confrontées aux violences faites aux femmes, les Kényanes sont particulièrement actives dans la lutte contre ces fléaux, font savoir « Nofi.fr » et « VoaNews.com ». Ces médias rapportent que c’est dans cette logique que se situe l’action de cinq lycéennes originaires de Kisumu à l’Ouest du Kenya.

Agées de 15 à 17 ans en juillet 2017, Stacy Owino, Cynthia Otieno, Purity Achieng, Macrine Atieno et Ivy Akinyi ont créé « I-Cut », une application mobile destinée à lutter contre l’excision. D’après les résultats de l’étude démographique et de santé 2008-2009, 27% des Kényanes âgées de 15 à 49 ans avaient fait l’objet d’une mutilation génitale.

Ces chiffres, selon les mêmes sources, constituaient une amélioration par rapport à 2003 (32,3%) et à 1998 (37.6%). Pour contribuer à cette évolution, « I-Cut » a été conçue pour mettre en contact les jeunes femmes menacées ou victimes d’excision avec des centres de secours, d’aide médicale et légale. D’utilisation simple, l’application dispose de six boutons : « aide », « sauvetage », « signalement », « informations sur l’excision », « dons » et « feedback ».

Ces filles considèrent que leur but à travers cette application est de « rendre l’espoir aux jeunes filles l’ayant perdu ». Bien qu’aucune d’entre elles n’ait été excisée, précise « Nofi.fr », nombre de leurs amies l’ont déjà été, de quoi donner une dimension personnelle à leurs actions. Elles comptent d’ailleurs mener le combat également hors des frontières du Kenya. Et l’application web rend possible leur rêve.

Comme le rappelle Stacy Owino, une des jeunes filles, « l’excision est un gros problème qui affecte les filles dans le monde entier et c’est un problème auquel nous souhaitons apporter une solution ». Le caractère international de leur combat a pris forme entre le 7 et le 11 août 2017 quand elles se sont rendues à la Silicon Valley aux Etats-Unis dans les quartiers généraux de Google.

Elles ont participé au « Technovation Challenge », un concours international consacrant des jeunes filles s’appliquant à résoudre des problèmes dans leurs sociétés par l’innovation. « Que l’on gagne ou non, notre perspective du monde et les possibilités dont elle dispose changeront pour le mieux », ont laissé entendre les jeunes filles dans une déclaration.

Synthèse de Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page