La relève du football burkinabè passe aussi par le Tournoi Maracana de la Paix

La quatrième édition du Tournoi Maracana de la paix a pris fin le dimanche 24 septembre 2017 sur le terrain du Lycée Bambata de Ouagadougou. C’est l’équipe de Zagalo FC, venue d’un quartier périphérique de la ville de Ouagadougou Djikofè, qui s’est imposée par le score de 2 à 1 contre National FC.

Le promoteur Lucien Koula se prépare déjà pour la 5e édition du tournoi Maracana de la paix

Au Burkina Faso, les autorités en charge du football ont reconnu qu’elles sont conscientes que la relève passe par une formation à la base. En plus de la formation, il faut donner de la compétition aux enfants. C’est partant de ce constat que le journaliste Lucien Koula a initié le tournoi Maracana de la paix qui est à sa quatrième édition cette année.

Sur le terrain du Lycée Bambata de Ouagadougou ce dimanche 24 septembre 2017, le public a pu suivre la finale de cette compétition qui a vu la victoire de l’équipe de Zagala FC venue du quartier Djikofè qui s’est imposée face à National FC de Paglayiri pourtant favori de cette finale par le score de 2 à 1.

National FC est d’ailleurs le premier à ouvrir le score en première période lors de cette finale disputée en 2×25 minutes. Mais National FC va couler en fin de partie en encaissant deux buts et s’incliner (2-1).

« De très beaux gestes techniques »

Bien qu’étant du football de quartier avec des enfants organisés par des particuliers sans véritables formations d’encadreurs, les deux équipes ont montré des qualités techniques individuelles appréciables, un sens du collectif, de la solidarité, la combattivité et la rage de vaincre. Ce qui a laissé le co-parrain, Robert Bibia Sangaré, Directeur général de l’hôpital Yalgado Ouédraogo, sous le charme : « On a vu de très beaux gestes. On sent parmi eux de grands professionnels pour l’avenir ».

Le journaliste Lucien Koula, président du comité d’organisation, a voulu des règles strictes. Si le tournoi est réservé aux joueurs âgés entre 13 et 15 ans, il faut aussi avoir moins de 50 kilogrammes. Une volonté de donner la chance à tous les jeunes mais aussi de lutter contre la falsification des dates de naissance des enfants.

Pour cultiver l’esprit du fair-play, un joueur coupable d’une faute grave est expulsé d’un carton jaune pour deux minutes. Il peut aussi être exclu définitivement du match s’il multiplie les cartons jaunes ou d’un rouge direct.

Une fille récompensée parmi les garçons

Le meilleur joueur de la compétition  est Eleazar Ouattara de Collectif FC classé troisième de la compétition. Michael Tiendrébeogo repart avec le trophée de meilleur buteur avec six réalisations dont une en finale. Rachid Ilboudo est le meilleur gardien tandis que la révélation du tournoi est Farida Kaboré,  de Azaris FC, une fille qui a pris part au tournoi.

Le match se jouant sur la moitié d’un terrain de football avec des poteaux de handball permet aux enfants de multiplier les efforts et la solidarité sur le terrain. « J’ai voulu offrir un cadre aux jeunes pour pouvoir s’exprimer dans leur discipline favorite qu’est le football. Vous avez vu qu’ils nous ont gratifié d’un beau spectacle », apprécie Lucien Koula. Son objectif est d’organiser pour la prochaine édition, un tournoi pour les moins de 17 ans.

32 équipes ont pris part à cette compétition qui s’est disputée en éliminatoires directes jusqu’en finale.

Cette 4e édition était placée sous le patronage du ministère des sports et des loisirs. Elle a été parrainée par Marcel Poulma Zoma et le DG de l’hôpital Yalgado, Robert Bibia Sangaré.

Boukari OUEDRAOGO 

Burkina24

 



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page