Burkina : La Grande chancellerie des Ordres Burkinabè dans ses nouveaux locaux

961 0

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a inauguré le nouveau siège de la Grande chancellerie des Ordres Burkinabè. C’était ce jeudi 28 septembre 2017 à Ouagadougou.

C’est un bâtiment de 4 niveaux, composé d’une quarantaine de bureau, 4 salles de réunion et  une cafétéria. La somme totale des investissements pour cette infrastructure est de 1,35 milliard de F CFA.

Actuellement, il reste le terrain de sport. Le Colonel André Roch Compaoré, Grand chancelier des ordres Burkinabè, a laissé entendre qu’« une convention de financement a été signée avec la LONAB qui s’engage à financer l’infrastructure pour une somme de 40 millions de F CFA ».

Egalement, l’Agence nationale de promotion des technologies de l’information et de la communication (ANPTIC) s’engage pour la réalisation des projets d’informatisation de la grande chancellerie dont le coût est estimé à 112 millions de F CFA.

« Un si beau bâtiment qui nous permettra de mettre en application les dispositions tant prônées et recommandées pour la modernisation de l’administration », a fait comprendre le Colonel André Roch Compaoré.

La coupure du ruban du siège de la Grande chancellerie des Ordres Burkinabè

La visite s’est achevée avec la signature du livre d’or de la Grande chancellerie des Ordres Burkinabè par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

Les décorations (…) devraient ainsi être attribuées selon des critères aussi objectifs

Par ailleurs, cette cérémonie d’inauguration fait suite à la clôture de l’atelier national de validation des reformes de la Grande chancellerie des Ordres Burkinabè.

Concernant les travaux de l’atelier, « durant deux jours nous avons participé au toilettage des différents textes en vue d’apporter plus d’efficacité dans la gestion des Ordres burkinabè », a signifié le Colonel André Roch Compaoré.

Le mode et les procédures de désignation des récipiendaires, les mesures disciplinaires à l’encontre des membres de l’ordre, le mode de calcul de l’ancienneté pour la promotion, la réorganisation des ordres spécifiques, tels sont les différents points sur lesquels l’atelier s’est penché.

Il a également rappelé que la reconnaissance de la nation à travers la décoration rend le citoyen digne d’estime, d’éloge, de considération ou de récompense au regard de sa conduite ou des obstacles surmontés. A l’écouter, les décorations supposées donc récompenser les efforts, devraient ainsi être attribuées selon des critères aussi objectifs que possible, leur but étant de « stimuler l’ardeur », de susciter « la motivation » et l’attachement à la nation et à ses valeurs.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *