Burkina : Le CDP est « prêt à se corriger et à aller de l’avant »

169 0

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a certes « agonisé » mais « reste vivant ». Ses premiers responsables l’ont signifié ce samedi 30 septembre 2017 au siège du parti lors de la rentrée politique placée sous le signe de la relance, de la tolérance, du respect de la différence de la cohésion et de l’unité nationale.

Léonce Koné, président de la commission ad hoc chargée de la réorganisation et de la relance des activités du CDP fait sien l’adage selon laquelle les apparences sont trompeuses. Certes, a-t-il relevé, la rencontre du jour au siège du parti « tranche avec l’apparat et la débauche des moyens à laquelle notre parti était habitué ».

Pour autant cela n’enlève pas au parti sa force de mobilisation. Ce ténor du parti ne doute pas qu’ils sauront  « lorsque cela sera nécessaire, (…) reprendre les meetings géants recto verso avec intercalaires », comme ils savent « si bien faire ».

Tout comme lui, le doute ne plane pas dans la tête du président par intérim Achille Tapsoba. Et pour cause, caricature-t-il, « les vents violents passent, les tornades passent et repassent, le CDP reste ».

Il en veut pour preuve les stigmates encore visibles sur le bâtiment en reconstruction du siège. Le passé demeure mais, les responsables de l’ancien parti au pouvoir tirent aujourd’hui « toute la substance, toutes les leçons, tous les enseignements de cette période de l’histoire ».

A « agonisé » mais « reste vivant »

Des responsables de structures du parti chantant l’hymne du parti lors de la rentrée politique ©Burkina24

Près de trois ans après la chute du régime, les regards sont à nouveau tournés vers l’avenir avec comme volonté affichée la reconquête du pouvoir perdu jadis. « Après des moments fort difficiles laissant croire que le CDP est mort après avoir agonisé, a déclaré le président par intérim, le CDP, reste encore vivant ». A présent Achille Tapsoba et ses camarades se préparent pour « reprendre du souffle en vue de réaliser de nouvelles performances politiques car nous sommes dans la logique de la préparation ». D’où le choix de placer la rentrée politique en partie sur l’objectif opérationnalisation des structures en vue de gagner les prochaines échéances électorales à venir. « Le CDP continue de rester convaincu de la possibilité de l’alternance », a déclaré son président par intérim.

Dialogue politique, « maître-mot » au CDP    

Prévu (son nom et son titre figurent sur les discours des deux intervenants), le chef de file de l’opposition politique s’est fait représenter par le député Joël Aoué de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). Bien d’autres chefs et représentants de partis alliés ou de l’opposition étaient présents lors de cette rencontre politique. Parmi eux, Soumane Touré, Ali Badra Camara.

Au premier rang, des représentants de partis politiques dont celui du CFOP présents à la rentrée politique du CDP

Pour les deux principaux orateurs de l’après-midi, c’était un fait rare pour ne pas être souligné. « Personne n’aurait pu imaginer il y a trois ans que certaines des personnalités que nous honorons d’accueillir parmi nous ce soir franchiraient un jour le seuil du siège du CDP dans une intention amicale, ou en tout cas, dépourvue d’hostilité », a déclaré Léonce Koné.

Pour lui, il s’agit là d’« un bon signe pour la démocratie et pour la tolérance mutuelle qui illustre la maturité d’esprit d’un grand nombre d’hommes et de femmes politiques de notre pays». De même, a-t-il poursuivi, c’est un signe d’espoir pour l’aboutissement des initiatives qui se multiplient en faveur de la réconciliation, de l’apaisement des tensions politiques et sociales et du règlement pacifique des contradictions pouvant opposer entre elles des composantes de la communauté nationale.

Le président par intérim du CDP a embouché la même trompette. Achille Tapsoba croit au dialogue. Pour lui, c’est même l’alpha et l’oméga. « Le dialogue politique est le maître-mot de la solution ultime de la situation politique nationale. Nous sommes pour le dialogue politique, nous attendons le dialogue politique, nous croyons à la vertu du dialogue politique », a-t-il déclaré. Après avoir relevé que c’est cet aspect qui a manqué en 2014, il a laissé entendre qu’aujourd’hui, ils sont « prêts à [se] corriger et à aller de l’avant ».

Oui KOETA

Burkina24

Oui Koeta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre