CPI : Gbagbo a-t-il financé accidentellement le commando invisible ?

230 0

Après avoir été auditionné par l’équipe du procureur la semaine dernière, l’ex-chef d’Etat-major de l’armée ivoirienne, Philippe Mangou, est soumis aux questions de la défense de Laurent Gbagbo le long de cette semaine. Il a fait ce lundi 02 octobre 2017 une révélation fracassante sur le financement du commando invisible qui donnait du fil à retordre aux soldats fidèles à l’ancien président Laurent Gbagbo avant son arrestation le 11 avril 2017. Selon le général Philippe Mangou, le financement de cette milice d’anciens rebelles est paradoxalement à mettre au compte de Laurent Gbagbo.

« Aujourd’hui, je suis en mesure de vous dire que le président Gbagbo a financé accidentellement, je dis bien accidentellement, le Commando invisible », a révélé le général Philippe Mangou et par ailleurs, Ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Gabon. Revenant longuement sur les sources de financement du Commando invisible, une milice d’anciens rebelles proches d’Alassane Ouattara, et qui avait fait de la commune d’Abobo, Abidjan, son fief, le général Philippe Mangou a raconté ceci à la Cour:

“Le 7 décembre 2010, le dernier gouvernement du président Gbagbo a été mis en place. Trois jours plus tard, c’est à dire le 10 décembre 2010, le président m’appelle. Il me demande de venir le voir dans son bureau vers 15h30. Je trouve le président debout avec à ses côtés feu le Ministre Désiré Tagro. Et le président de me dire ceci : « Tagro revient d’une mission du Togo où il a rencontré dans sa chambre d’hôtel Koné Zakaria (anciennement com’zone sous les ordres de Guillaume Soro pour ensuite se brouiller avec lui en 2007).

Après avoir parlé avec lui, Koné Zakaria est d’accord, moyennant 500 millions de francs CFA, en vue de s’acheter des armes, des munitions et autres, de désorganiser le dispositif des Forces nouvelles à l’Est de la Côte d’Ivoire. Je voulais que tu vois où Koné Zakaria peut commencer son action ». Je lui ai répondu : ‘’Monsieur le président, si vous avez une telle somme d’argent, remettez-la nous. Vous savez que nous n’avons pas d’armes et de munitions. Pourquoi est-ce par l’Est de la Côte d’Ivoire qu’il a décidé de commencer son action ?’’. Le ministre Tagro a répondu : ‘’C’est par là qu’il a décidé de commencer son action’’. J’ai dit : ‘’Monsieur le Président, je m’excuse, mais je n’ai pas de carte sous les yeux pour vous indiquer par où Koné Zakaria doit commencer son action’’, raconte longuement le général ivoirien avant de continuer.

« Le président Gbagbo a dit au ministre Tagro que : « s’il ne croit pas, donne-lui le numéro de Koné Zakaria pour qu’il l’appelle lui-même pour voir ». C’est ce qui fut fait. En descendant les marches du palais présidentiel, alors que j’attendais mon chauffeur, un homme d’une cinquantaine d’années m’a approché pour me dire : « Mon général, c’est moi qui ai mis en contact le ministre Tagro et Koné Zakaria. Koné Zakaria est prêt à travailler avec IB (Ibrahim Coulibaly, tué fin avril 2011 et considéré comme l’un des concepteurs de la rébellion ivoirienne mais qui également des relations tendu avec Guillaume Soro) et IB est d’accord. Mon général, le temps presse.»

Le général Philippe Mangou explique ensuite avoir remis les coordonnées téléphoniques à son chef de sécurité. Et voici la conversation qui s’en est suivie. « C’est le numéro de Zakaria, appelle le pour voir si c’est bien lui ». Zakaria et moi avons l’habitude de nous appeler « Classe ». Quand je prends le téléphone, je dis ‘’Allô’’, il me répond :  »Classe, j’attends l’argent pour commencer le travail ».

Selon le général Philippe Mangou, “il y a eu collusion entre IB et Koné Zakaria pour l’opération au niveau d’Abobo. A cours de logistique, Koné Zakaria va user de ruse et de perfidie pour faire croire qu’il va mener une action à partir du nord-est. Au lieu de cela, ils sont descendus à Abobo. L’argent remis a servi à l’infiltration des lieutenants de Zakaria”, conclut-il sur ce chapitre.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre