Coopération décentralisée : Ouagadougou réunit les collectivités territoriales 

903 0

Ouagadougou organise du 5 au 7 octobre 2017 les premières Assises nationales de la coopération décentralisée (ANCD). 

« Coopération décentralisée et autonomisation des collectivités territoriales ». C’est sous ce thème que se tiennent les premières assises nationales de la coopération décentralisée du 5 au 7 à Ouagadougou. Une rencontre qui réunit les ONG et associations nationales et internationales, services déconcentrés de l’Etat, a signifié le ministre en charge de l’administration territoriale, Siméon Sawadogo.

A l’écouter, cette édition se veut une occasion de relancer la coopération décentralisée et rassurer les investisseurs et partenaires extérieurs, notamment ceux du Nord sur le renforcement du processus de décentralisation au Burkina.

« Quand on parle autonomisation des collectivités territoriales, c’est permettre quand on leur transfert normalement des blocs de compétences d’avoir les moyens nécessaires pour assurer la réalisation d’un certain nombre de projets et de programmes aux bénéfices des populations », a précisé Siméon Sawadogo.

Concernant le bilan des coopérations décentralisées, il  a pris l’exemple sur les dispensaires, les forages, les collèges, les écoles et les maisons des jeunes construits sur la base de la coopération décentralisée.

Simon Compaoré, ministre d’Etat et ancien maire de Ouagadougou

Contrairement aux rencontres bilatérales tenues jusque-là, les premières assises nationales de la coopération décentralisée sont ouvertes aux acteurs de tous les pays du monde. La rencontre est organisée en partenariat avec l’Association des régions du Burkina Faso (ARBF) et l’Association des municipalités du Burkina Faso (AMBF). Ce grand rendez-vous permettra aux nouveaux élus locaux de rencontrer leurs partenaires pour certains et de nouer de nouveaux partenariats pour d’autres.

Les participants sont composés des Présidents de Conseil de collectivités territoriales, des membres de comités de jumelage, des membres de la société civile et du secteur privé, des personnalités étrangères connues du monde de la décentralisation.

Des plénières, des tables rondes, d’un espace dédié aux expositions des collectivités et aux rencontres B to B, telles sont les différentes articulations qui vont ponctuer cette édition.

L’Ambassade de France au Burkina, le Bureau de la coopération suisse, l’association internationale des maires francophones, la Chambre de commerce et d’industrie, les cités et gouvernements locaux unis d’Afrique, l’UEMOA, font, entre autres, partie des partenaires qui accompagnent l’organisation de ces premières assises nationales.

Simon Compaoré, ministre d’Etat et ancien maire de Ouagadougou, a laissé entendre que ce sont des milliers de participants venus d’Afrique, d’Amérique, d’Asie et d’Europe.

En rappel,  c’est dans les années 1967 qu’à été célébré le tout premier jumelage entre la ville de Ouagadougou et celle de Loudun en France. Depuis lors, les collectivités territoriales entretiennent de nombreux liens de coopération avec des collectivités territoriales du Nord et du Sud, des ONG et des associations de développement.

Jules César KABORE
Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *