UPC : Les 13 députés dénoncent un “déni de démocratie interne”

459 0

 En raison de « l’absence de liberté de pensée et d’expression », de « l’absence de liberté de vote conformément aux dispositions de l’article 85.3 de la constitution » et de « l’absence d’équité dans le traitement et parfois de manque d’égards pour certains », 13 députés ont pris la résolution conformément au règlement du parlement de créer le groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement-Renouveau démocratique (GP/UPC-RD).

Ils sont des députés de la deuxième force politique du pays et « l’UPC est et reste » leur parti. Mais « alors que se passe-t-il » au point qu’ils aient décidé (avec en tête l’ancien président du groupe parlementaire) de quitter le groupe parlementaire auquel ils appartenaient pour créer le « Renouveau démocratique » ?

Lire aussi 👉👉👉 « Les preuves du complot pour la déstabilisation de l’UPC ont été avérées »

 Ils étaient 11 à défendre leur choix ce matin à l’Assemblée nationale en conférence de presse principalement animée par Daouda Simboro, président du groupe parlementaire UPC avant la création du GP/UPC-Renouveau démocratique dont il tient à présent les rênes. « De parti leader en 2014 », les membres du nouveau groupe parlementaire se posent la question de savoir « que reste-il de l’UPC de nos jours » dont « les principes contenus dans le manifeste ont été jetés aux orties ».

Que retenir de la situation actuelle à l’intérieur du parti ? Le parti est-il au bord de l’implosion ? « Il n’y aura pas d’implosion. Ce n’est pas ce que nous recherchons », a déclaré le député Simboro.

Néanmoins, « convaincus que la vision, les valeurs et les principes contenus dans [leur] manifeste sont justes », ces deux vice-présidents du parti (Korbéogo/Ouédraogo (4ème), Zouré Jean-Célestin (5ème), un vice-président de l’Assemblée nationale (Ouattara Lona Charles), quatre députés maires (Gnoumou Dissan Boureima, Zouré Jean-Célestin Zouré, Konaté Hervé, Parimani Tabdano) et conseillers municipaux Zongo/Yanogo Kadidia, Coulibaly Ladji, Kouldiati Julien, Tindano Moussa, Odagou Goula, Palenfo Jacques, Daouda Simboro ont pris la résolution de créer le GP/UPC-Renouveau démocratique pour ne plus avoir à supporter ce qu’ils qualifient de « déni de démocratie interne matérialisé par l’instauration de la pensée unique et du culte de la personnalité annihilant ainsi le droit à toute opinion contradictoire ».

Ce déni, a expliqué Daouda Simboro, président du groupe, il se trouve dans « l’absence de liberté de pensée et d’expression », « l’absence de liberté de vote conformément aux dispositions de l’article 85.3 de la constitution » et « l’absence d’équité dans le traitement et parfois de manque d’égards pour certains ». A cela, ils ajoutent la mise « sur la touche » de Louis Armand Ouali, Bruno Kafando, François Tambi Kaboré, Albert Elisée Kiemdé , Palenfo Kodjo Jacques.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, ont expliqué les 11 conférenciers, c’est le franchissement de la ligne qui constitue pour eux « une étape ignominieuse » à savoir la publication dans le journal Courrier Confidentiel, qui affirment-ils, porte « atteinte à la dignité et à l’honorabilité de leurs camarades en les salissant par des « fake news » distillées à travers des tracts, les réseaux sociaux avec parfois des intentions criminelles ». Pour les 13 députés du GP/UPC-RD, tout ceci dénote de l’existence d’« un malaise à l’intérieur du parti ».

Onze des treize députés membres du groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement-Renouveau démocratique (GP/UPC-RD). Absent sur la photo mais présent à la conférence, le député Zouré Jean-Célestin

Dans l’optique de « restaurer et instaurer définitivement cette manière de faire » à l’intérieur du parti, la création d’un groupe parlementaire à l’intérieur du parti a été à leurs yeux, le choix à faire pour s’opposer au refus de « tout débat contradictoire démocratique » matérialisé par le « verrouillage » des instances du parti et la décision de les « embrigader ».

Une décision qui a valu à quatre d’entre eux (Daouda Simboro, Coulibaly Ladji, Korbéogo/Ouédraogo Fatimata, Konaté Hervé) de connaitre la visite de leurs domiciles par des hommes se présentant comme étant des militants du parti avec la clé des menaces et intimidations.

Le président du groupe a par ailleurs confirmé la mise sous surveillance policière de son domicile,  suite à la visite de militants la veille avec pour résultats l’intimidation de membres de sa famille et menaces de saccager sa résidence.

Qu’à cela ne tienne ! La machine est déjà lancée. Pour le président du groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement-Renouveau démocratique (GP/UPC-RD), leur « détermination à défendre la vision, les valeurs et les principes fondateurs de l’UPC est totale » face à l’ambition qui est d’ « étancher la soif de changement et de progrès du peuple burkinabè » dont des citoyens ont perdu leur vie en octobre 2014 et en septembre 2015. Et pour honorer la mémoire des martyrs, « l’UPC peut et doit redevenir le parti qui a su susciter l’espoir », a conclu Daouda Simboro.

Oui Koueta

Burkina24

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre