Suivi budgétaire : Le SPONG affûte les armes de ses membres

93 0

Une formation pour maîtriser les question liées à l’élaboration, à l’analyse, le suivi et le plaidoyer budgétaire pour une meilleure prise en compte des préoccupations des populations pauvres dans les budgets. C’est l’objectif de la formation du SPONG (Secrétariat permanent des organisations non gouvernementales) au profit des organisations membres du groupe Thématique AEPHA SPONG et ses alliés, qui s’est déroulée du 11 au 13 octobre 2017 à Ouagadougou.

La formation sur les questions de l’eau et de l’assainissement et sur les questions de l’éducation de la santé et de l’environnement sont importantes selon Roukiatou Ouédraogo, chargée de communication et de plaidoyer du SPONG.

En effet, dit-elle, « ces questions sont des secteurs qui sont très liés au secteur de l’eau et de l’assainissement. Il faut les (ndlr, les questions) maitriser, les analyser dans la perspective de voir qu’est ce qui est fait au niveau national pour donner à ce secteur les ressources nécessaires pour satisfaire les besoins des communautés. Cela s’inscrit dans le cadre d’un projet de plaidoyer que nous avons avec Water-Aid qui vise à mobiliser la société civile pour influencer les politiques publiques du secteur de l’eau en vue de garantir le bien-être des communautés (…). S’il n’y a pas suffisamment de ressources, on verra comment plaider pour qu’on mette le maximum de ressources pour ce secteur qui est vital, parce que sans eau,  il n’y a pas de vie et sans assainissement, il n’y a pas de dignité ».

Une trentaine de participants sont venus prendre part à la formation de trois jours. A cet effet, l’un des participants s’est exprimé sur l’importance de cette formation pour son ONG. Pour Jean Christophe Yaméogo, président du conseil d’administration les Mains unies du Sahel,  cette session est « très » importante. « Nous avons vu comment la société civile que nous sommes pouvons participer à l’élaboration des budgets publics et des budgets des collectivités, à l’exécution de ces budgets et au contrôle de l’exécution de ces budgets. La société civile a un rôle de veille sur l’ensemble des actions gouvernementales à travers la mise en œuvre des projets et programmes. Il est important pour nous de maitriser ces procédures pour pouvoir contribuer efficacement et influencer la décision par rapport aux actions engagées par le gouvernement ».

Dembelé Abdoul, chargé d’animer la formation, a montré aux participants comment en tant qu’organisations de la société civile ils peuvent s’insérer dans le processus pour faire passer leurs préoccupations auprès des gouvernants.

Il a souligné que dans le cadre du civisme fiscal, lorsque les citoyens sont informés de l’utilisation de leurs ressources, cela leur permet de consentir les impôts et d’être regardants sur l’utilisation et d’accepter payer les impôts.    

Irmine KINDA

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre