Centre africain de christianisme contemporain : Cap sur Jeribeth

863 0

Les Groupes bibliques universitaires d’Afrique francophone (GBUAF) se lancent dans la mobilisation de fonds pour la construction du siège du Centre africain de christianisme contemporain. Intitulé Jeribeth, ce projet de construction de siège à Abidjan (Côte d’Ivoire) a été présenté le dimanche 15 octobre 2017 à Ouagadougou.

Des personnes influentes des églises évangéliques soutiennent ce projet

3,6 milliards de F CFA. C’est le montant dont ont besoin les Groupes bibliques universitaires d’Afrique francophone (GBUAF), dont est membre le Burkina Faso, pour la construction du nouveau siège du Centre africain de christianisme contemporain à Abidjan en Côte d’Ivoire. Il s’agit de doter les intellectuels africains évangéliques francophones d’un cadre de réflexion et de production d’idées en se penchant sur les questions d’actualité.

L’objectif de ce projet dénommé Jéribeth est de réduire progressivement la dépendance financière de la région extérieure en suscitant au niveau local des ressources pour soutenir le ministère.

C’est pourquoi, les GBUAF parcourent les pays membres de cette structure pour lancer des levées de fonds pour le financement de cette infrastructure. Ce qui explique l’étape de Ouagadougou, le dimanche 15 octobre 2017.

« Un projet de cette ampleur, de 3 milliards 600 millions peut paraître impossible à réaliser quand on connait les groupes bibliques et les différentes réalités, mais nous disons que c’est quelque chose de possible grâce à Dieu. Chacun a sa contribution qu’il peut apporter », explique  le secrétaire général de l’Union des groupes bibliques du Burkina (UGBB), Dieudonné Tindano. « Dans un pays voisin, on était très réjoui de voir que les élèves et les étudiants étaient les premiers contributeurs, peu importe la valeur de la somme. Ce qui est important c’est que ça viennent des acteurs directs », ajoute-t-il.

Réunir les intellectuels chrétiens

Le pasteur Moise Napon, présent lors de la présentation de ce projet, a salué l’initiative. « C’est une aubaine pour nous de pouvoir dans quelques années qui viennent d’avoir un centre qui va réunir des intellectuels et tous ceux qui sont impliqués dans la recherche, la méditation », souligne le pasteur Napon qui estime que ce projet futuriste devrait permettre de mieux ancrer le christianisme en Afrique.

« Nous, GBU, nous avons cette responsabilité de pouvoir changer la mentalité des chrétiens parce que si la responsabilité de la mission mondiale nous est échu désormais, nous devons veiller sur une théologie orthodoxe, à répandre l’évangile, en proposant et en produisant des programmes. Nous devons changer la mentalité car donner c’est  un privilège », confie le directeur du centre, Klaingar N’garial.

L’idée de ce projet est née en 2005 et va se dérouler en quatre phases avec le début des travaux prévu en 2018. Mais en attendant, les initiateurs attendent la contribution de leurs pairs pour que le siège de ce centre puisse voir le jour.

Les fiches de souscriptions sont disponibles au niveau des différents GBU, ont fait savoir les initiateurs.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *