Burkina : Un colloque pour exhumer la Révolution

242 0

Le mois d’octobre 2017 sera mis à profit pour commémorer les 30 ans de la disparition de Thomas Sankara, assassiné le 15 octobre 1987 à Ouagadougou. Après la marche du 15 octobre 2017 pour exiger la manifestation de la vérité, le Balai citoyen compte disséquer les quatre ans de gestion du pouvoir par Thomas Sankara sous forme de colloque. Celui-ci est prévu se tenir les 26 et 27 octobre 2017 à l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo.

Le Balai citoyen a annoncé le vendredi 20 octobre 2017 qu’il organise un colloque à Ouagadougou les 26 et 27 octobre 2017 pour « poser les jalons d’une nouvelle gouvernance qui pourrait être réappropriée par les différents acteurs de la gouvernance publique dans tous les pays ». Le Balai citoyen part du principe que « Thomas Sankara est un patrimoine mondial », et l’organisation de ce colloque entre dans ce cadre.

L’objectif de ce colloque est de permettre aux acteurs politiques, scientifiques et de la société civile, de discuter de la conduite des affaires publiques par « le président Thomas Sankara ». Ainsi, le Balai citoyen ambitionne de susciter un débat contradictoire et objectif sur les quatre ans de la Révolution, afin de connaitre ses aspects positifs et ses limites, relate Smockey, leader du Balai citoyen.

Cette rencontre qui se veut scientifique, selon les organisateurs est nommée « Colloque trentième anniversaire de l’assassinat du Président Thomas Sankara : la Révolution burkinabè et l’héritage de Thomas Sankara ». Et à en croire Smockey, le rendez-vous regroupera des acteurs de la période révolutionnaire, des enseignants-chercheurs et des chercheurs, des hommes politiques, des leaders syndicaux et de la société civile afin d’avoir un « débat pluriel et contradictoire. Même les amis de Blaise Compaoré sont invités », informe Smockey.

Concrètement, les discussions pendant les deux jours s’articulerons autour de six axes : Acteurs et témoins, l’héritage, la singularité historique de la Révolution sankariste, la conception sankariste de l’économie et du développement, l’idéal géopolitique de Sankara à l’ère de la mondialisation et la révolution sankariste et création d’un home nouveau.

Les participants viendront du Mali, de la Côte d’ivoire, du Sénégal, du Niger, du Togo, de la France, du Burkina Faso et bien d’autres pays. “De par la diversité des participants, nous espérons avoir un débat pluriel et contradictoire“, répète Smockey. 

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre