Budgétisation sensible au genre : Les acteurs en formation à Ouagadougou

729 0

Le Fonds commun genre avec l’appui de l’UNICEF, de l’Ecole nationale des régies financières (ENAREF) et la GIZ, organise une série de formations sur la budgétisation sensible au genre, aux droits des enfants et des jeunes. La cérémonie de lancement des sessions de formation a eu lieu ce lundi 23 octobre 2017 à Ouagadougou.

Le budget sensible au genre, aux droits des enfants et des jeunes exige la prise en compte des besoins pratiques et stratégiques des hommes et des femmes. C’est un budget qui  définit la part réservée aux hommes, aux femmes et aux enfants. Les femmes et les hommes deviennent des acteurs et des bénéficiaires des financements des projets et des actions de développement.

La nécessité d’une budgétisation sensible aux droits des enfants et des jeunes s’avère indispensable du fait qu’elle prend en compte les droits des enfants et des jeunes permettant à l’Etat de respecter les engagements pris sur le plan international et d’améliorer la gouvernance globale pour plus d’efficacité, d’efficience et d’équité dans les politiques de développement.

La cérémonie de lancement des sessions de formation

Ce lundi 23 octobre 2017, a été marqué par la cérémonie de lancement des sessions de formation. Une session qui s’inscrit dans le cadre des initiatives proactives du Plan annuel du Fonds commun genre confirmant ainsi l’acuité et la pertinence de considérer cette dimension comme accélératrice de la réduction des inégalités de genre.

Les sessions de formation s’inscrivent dans une démarche visant à relever le défi du renforcement des capacités des différents acteurs, chargés de l’élaboration, de l’exécution et du contrôle des budgets afin d’assurer une intégration réussie des thèmes transversaux dans les processus budgétaires.

Les partenaires de mise en œuvre sont la GIZ, l’Ecole nationale des régies financières (ENAREF), l’UNICEF, les membres du fonds commun genre et de Diakonia.

Yempabo Naba, chargé de programme à Diakonia en charge du management du fonds commun genre, a fait comprendre que cette série de formations concerne 160 participants issus des cadres de l’Etat, des ministères, des membres du fonds commun genre et des gestionnaires.

« C’est une série de 5 formations en 7 jours pour la formation sur la budgétisation sensible au genre, aux droits des enfants et des jeunes » a-t-il relaté. L’objectif de cette série de formations est de renforcer les compétences pratiques pour élaboration, l’exécution et le contrôle d’un budget prenant en compte le genre, les droits des enfants et des jeunes.

Ksenija Maver, conseillère technique principale GIZ

Ksenija Maver, conseillère technique principale GIZ, a expliqué que le budget programme de 2017 offre la possibilité à chaque ministère de présenter ses activités et ses objectifs.

« La question du genre et des jeunes est transversale et touche tous les ministères et la société. Pour mettre en place une reforme, il faut sensibiliser et former les différents acteurs dans le domaine. Les partenaires techniques et financiers encouragent le gouvernement de mettre en place du budget sensible au genre et aux droits des enfants » a-t-elle ajouté.  

Jules César KABORE
Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *