Mariage des enfants en zone CEDEAO et CEEAC: Le Burkina parmi les mauvais élèves

372 0

Au terme de la réunion de haut niveau de ministres des pays des zones Cédeao et Ceeac, à Dakar, la capitale sénégalaise, le 23 octobre 2017, il en est sorti que cinq des six pays ayant le taux de prévalence le plus élevé de mariage d’enfants dans le monde, se trouvent en Afrique de l’Ouest et du Centre. Le Burkina Faso est présent sur cette liste des pays les plus touchés par ce fléau avec 52% de cas.

Les ministres des deux régions, CEDEAO et CEEAC, à l’issue des assises de Dakar, Sénégal ont promis continuer à lutter contre le mariage des enfants qui prend certaine propension dans de nombreux pays.

Selon les participants à cette rencontre, le mariage des enfants prenait racine dans l’inégalité des genres, influencé par l’environnement socio-économique et aggravé par les crises humanitaires.

Le classement des pays les plus touchés par le mariage des enfants au sein de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) mis ensemble révèle ce qui suit :

  • Le Niger : 76%
  • La République Centrafricaine : 68%
  • Le Tchad : 67%
  • Le Mali : 55%
  • Le Burkina Faso : 52%                                                                                                                                                             

Le Ghana, le Burundi, le Cap vert et le Rwanda sont considérés comme étant les pays les moins concernés par cette pratique avec respectivement 21%, 20%, 18% et 7%.

Les participants à cette réunion ont décidé de redoubler d’efforts contre le mariage précoce des enfants car il est une violation des droits des filles à la santé, à l’éducation et à l’emploi, en plus d’enfermer les filles dans un cercle vicieux de pauvreté.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                   

Burkina24

Source: BBC Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre