Le HCRUN a produit ses premiers résultats  

737 0

A l’issue de sa session délocalisée du 16 au 25 octobre 2017 à Bobo-Dioulasso, le Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN)  a fait ses premières recommandations pour vider des dossiers judiciaires, des injustices et des réclamations soumis à son appréciation. Elles seront transmises aux autorités.

Pas grand-chose n’a filtré des recommandations et des conclusions des travaux des membres du HCRUN déroulés à Bobo-Dioulasso du 16 au 25 octobre 2017. Dans son discours ce mercredi, Younoussa Sanfo, le président par intérim, a juste laissé savoir  que la teneur et la primeur sont réservées aux autorités à qui elles seront transmises. Il assure qu’il s’agit de « recommandations et de propositions concrètes ».

Néanmoins, l’on a su quels sont les dossiers qui ont été examinés. Ils sont au nombre de cinq. Le premier concerne les blessés des évènements de l’insurrection d’octobre 2014 et du putsch de septembre 2015. A ce niveau, Younoussa Sanfo a laissé filtrer que parmi les recommandations, « une prise en charge immédiate de 24 victimes dont l’état relève toujours d’une urgence absolue » s’avère nécessaire.

Le deuxième sujet a porté sur les décisions judiciaires non exécutées et les dossiers pendants devant la justice. Plus de 600 personnes sont concernées par la première catégorie. Une situation qu’a déplorée Younoussa Sanfo,  car elle crée chez les « victimes un sentiment d’abandon par la Puissance Publique ainsi qu’un goût d’inachevé en matière de justice. L’indépendance et l’impartialité de l’appareil judiciaire s’en trouvent écornées à leurs yeux ».

Policiers et militaires radiés

Les membres du HCRUN lors des travaux – DR

Pour le  contentieux administratif opposant le Syndicat Autonome du Ministère des Affaires Étrangères à l’Etat Burkinabè dans lequel 105 agents ont été sanctionnés en 2007 pour avoir participé à une marche, « le HCRUN a préconisé un traitement privilégiant  la justice transitionnelle qui, dans ce cas de figure, est plus apte à produire  des décisions consensuelles de réparations administratives, morales et financières », a indiqué son président par intérim.

Les femmes victimes du déguerpissement du marché de Léguèmalogo à Bobo-Dioulasso n’ont pas été oubliées. Le HCRUN propose un nouveau site de relogement ainsi que des compensations financières.

« Sans nier ni sa délicatesse ni l’urgence du sujet » des policiers et militaires radiés, le Haut Conseil, selon les termes de son premier responsable, a formulé « des propositions cadrées et appropriées dont la teneur est réservée aux autorités concernées ».

C’est donc là les premiers résultats atteints par le HCRUN dans la marche de sa mission pour la réconciliation. Mais ce ne sont pas les derniers. Ils « en appellent d’autres, jusqu’à ce qu’aucun dossier ne reste enfoui dans aucun tiroir du HCRUN », foi  de Younoussa Sanfo !

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *