Insecticide : Slow Food milite pour l’arsenal naturel

610 0

L’organisation internationale Slow Food a tenu une rencontre d’échange et de partage d’expérience à Garango les 20 et 21 octobre 2017. Elle  a regroupé 35 participants venus des différentes zones d’intervention du projet. L’objectif  visé est la sauvegarde de la biodiversité et les traditions gastronomiques dans le monde entier.

L’association œuvre à promouvoir l’accès à  tous à une alimentation  « bonne, propre et juste ». Pour l’atteinte de ces objectifs, Slow Food a regroupé l’ensemble des représentants de son réseau au  Burkina pour leur permettre d’échanger sur la nécessité d’aller vers cette production et  la gestion des groupes locaux des jardins potagers. Le Burkina est en phase d’aller vers cette production.

« Nos cultivateurs de coton ont récemment décidé d’abandonner les semences de coton à Organisme Génétiquement Modifié (OGM) pour retourner à des semences traditionnelles », a rappelé Typhaine Briand, responsable des activités  de Slow Food en Afrique francophone. L’expérience dans la gestion des jardins potagers diffère d’une zone à une autre mais le traitement des insectes nuisibles reste le même. Dans ces jardins, Slow Food interdit les produits chimiques.

Ces échanges ont permis au représentant de chaque réseau d’acquérir des connaissances dans la lutte contre les insectes nuisibles. Pour un bon traitement, quelques pratiques sont conseillées et sans effet nuisible. L’ail écrasé mélangé à du piment et de l’eau donne un insecticide  empêchant les insectes  de rester en contact avec les plantes.

Les feuilles du nimier pilées ajoutées à de l’eau après fermentation permettent de lutter contre les prédateurs des plantations.   La citronnelle plantée autour du jardin constitue également un arsenal.

Ces pratiques sont sans danger pour l’environnement et respectent le système alimentaire. Slow Food invite les populations à chercher à comprendre d’où provient leur nourriture, comment elle a été produite et par qui. C’est un moyen d’apprendre à son avis de  concilier plaisir et responsabilité dans les choix  alimentaires quotidiens.

Moumini GOUBA

Correspondance particulière

 



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *