Grève de la Police : Un début de solution trouvé, le travail reprend

361 0

Le Président du Faso a rencontré le syndicat de la Police nationale (UNAPOL) ce samedi 28 octobre 2017 suite au débrayage entamé par la police depuis le 25 octobre. Dans un communiqué, le syndicat affirme n’être pas « pas l’instigateur » de ce mouvement d’humeur. Mais au terme de la rencontre avec Roch Kaboré, l’UNAPOL annonce qu’une rencontre le mettra face à face avec les autorités compétentes « dans le cadre des travaux sur les dossiers en souffrance ».

Selon le syndicat de la police, le Président du Faso a offert des garanties « pour solder définitivement les préoccupations contenues dans la Plate-forme Revendicative Minimale déposée depuis bientôt un an ». Par conséquent, l’UNAPOL invite  « les policiers de tous les services à regagner leurs positions afin de procurer plus de sécurité à nos laborieuses populations ».

Lire aussi 👉👉👉 D’autres articles sur l’UNAPOL

Aussi, le syndicat indique que les incidents « malheureux et regrettables » causés par la grève n’auraient pas eu droit de cité si la disponibilité au dialogue et la sagesse dont a fait preuve le Président du Faso avaient eu lieu à un niveau bien inférieur.

Depuis le mercredi 25 octobre, les services de la Police nationale avaient cessé de fonctionner pratiquement dans toutes les villes du pays, sans annonce. Cette situation a créé la psychose au sein de la population. 

Les policiers regroupés au sein de leur syndicat, l’Union police nationale (UNAPOL) avaient, depuis près d’une année, posé des revendications relatives aux matériel et conditions de travail auprès de leur ministère de tutelle, celui de la sécurité. Dans une récente conférence de presse, le syndicat avait dénoncé l’inertie de leur ministre, Simon Compaoré.

Synthèse de Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre