JCC 2017 : « Ouaga Girls » de Théresa Traoré Dahlberg remporte le prix CREDIF

55 0

Les prix parallèles aux journées cinématographiques de Carthage sont connus ce vendredi 10 novembre 2017. Quatre prix ont été décernés et la Burkinabè Thérésa Dahlberg remporte le prix CREDIF pour son documentaire long métrage « Ouaga Girls ».

Sur sept documentaires et une fiction long métrage réalisés par des femmes cinéastes, le prix parallèle CREDIF décerné  à la création cinématographique féminine africaine et arabe, d’une valeur de 5000 dollars, a été remporté par «  Ouaga girls » de Theresa Traore Dahlberg du  Burkina Faso.

Son mérite vient de sa sensibilité pour la cause féminine abordée dans le film. Pour le jury, il est fait avec beaucoup d’amour.

En effet, la réalisatrice peint le quotidien d’un groupe de jeunes filles burkinabè à l’école d’apprentissage mécanique auto, un métier dit « réservé aux hommes ». Malgré les difficultés rencontrées, ces filles lient une amitié qui devient leur havre de paix et d’entre-aide. Issues toutes d’une classe défavorisée et vivant encore des situations compliquées, elles réussiront tant bien que mal à réussir à leur examen de fin de cycle.

Le.prix de la Fédération Panafricaine du Cinéma (FEPACI) et le prix de la critique africaine Paulin Soumano Vieyra de la Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC) sont revenus au film « The train of salt and sugar » (Le train de sel et de sucre, titre en français) du réalisateur mozambicain Licinio AZEVEDO qui pour le jury se distingue par sa maîtrise incontestable de l’écriture filmique, par la grande maîtrise technique du réalisateur qui se réfère au genre sans jamais céder aux clichés.

Il privilégie un regard humaniste authentique et sincère. Le jury a aussi salué l’audace et l’engagement d’un réalisateur qui signe un film populaire et porté par une haute facture cinématographique.

Enfin, le Prix parallèle FEMME ET MÉMOIRE « PRIX HASSIBA ROCHDI  de la meilleure interprétation féminine »  dans la compétition officielle de films tunisiens de fiction a été décerné à Mariam Al Ferjani pour son rôle dans « La belle et la meute » de Kaouther Ben Hania – Tunisie.

Revelyn SOME

Burkina24

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre