Charles Kaboré : «Je positive toujours»

1869 0

En pleine Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2017, Charles Kaboré avait annoncé sa retraite. Mais convaincu par le président de la Fédération burkinabè de football (FBF) Sita Sangaré et le sélectionneur Paulo Duarte, Charles Kaboré est revenu en espérant disputer la Coupe du monde. Déçu, Charles Kaboré passe désormais le flambeau aux jeunes pour qu’ils relèvent le défi d’une première qualification à une Coupe du Monde.

« J’ai profité des éliminatoires de la Coupe du Monde pour prendre beaucoup de plaisir de nouveau. Mais je repars avec une grande déception. On pouvait mieux faire. Comme le coach l’a dit, il y a beaucoup de facteurs qui ne nous ont pas permis de nous qualifier. On a eu à chaque fois des suspensions, des blessures, des cartons rouges mais c’est le football », explique le capitaine des Étalons Charles Kaboré après la victoire des Étalons (4-0) contre le Cap-Vert le mardi 14 novembre 2017.

Malgré la lourde victoire, Charles Kaboré n’a pas affiché une mine des grands jours à la fin de la rencontre. Et cela s’explique par sa déception de ne pas jouer une Coupe du Monde. « On part avec un sentiment de déception parce qu’on pouvait faire mieux. On vise toujours le meilleur. Si le Sénégal va à la Coupe du Monde, bon… (il hésite) je ne vais pas critiquer la FIFA. C’est la vie, c’est le football. Je ne dirai pas autre chose mais j’espère que les jeunes, que les années à venir au Qatar, ceux qui sont là vont apporter la Coupe du monde au Burkina Faso et au peuple burkinabè qui mérite de goûter à la Coupe du Monde ».

Toutefois, le capitaine des Étalons qui laisse toujours planer le doute sur son avenir avec les Etalons, espère que la relève pourra réussir là où ils ont échoué. « J’aurai bien voulu disputer cette Coupe du Monde. Mais c’est la vie. Je positive toujours. Peut-être que dans une autre vie je vais la jouer (Rires). On dit souvent qu’il y a plusieurs vies », remarque le capitaine. Il ajoute  : « et peut-être comme entraîneur ou adjoint de Paulo Duarte qui est un grand coach, qui m’a toujours soutenu dans les moments difficiles. La vie continue. On garde la tête haute ».

Pour lui, il faut soutenir les jeunes comme Bertrand Traoré, Hassan Bandé qui sont l’avenir de la sélection du Burkina.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *