Commerce international : Les pays de l’UEMOA se tournent vers la digitalisation

1783 0

L’Union économique et monétaire ouest africaine  (UEMOA) organise un atelier régional du mardi 21 au jeudi 23 novembre 2017 à Ouagadougou. L’objectif est de faciliter la libre circulation des marchandises dans l’espace UEMOA à travers la simplification, la standardisation et la modernisation des modalités aux frontières.

Il s’est ouvert, ce 21 novembre 2017 à Ouagadougou, un atelier régional de facilitation des échanges du Centre du commerce international (CCI). Cet atelier réunit huit Etats membres de l’UEMOA avec pour participants les représentants de la douane, des ministères du commerce et ceux de l’industrie, le secteur privé et les guichets uniques de l’Alliance Africaine pour le Commerce électronique (AACE) et des différents départements légaux et commerciaux de la commission de l’UEMOA.

Pendant trois jours, deux problématiques complémentaires relatives à la simplification, standardisation et modernisation des formalités aux frontières  seront développées. Il s’agit de la dématérialisation du certificat d’origine communautaire sur les produits industriels et la mise en œuvre de l’Accord de facilitation des échanges de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Une étude sur la dématérialisation du certificat d’origine de l’UEMOA a été validée par les experts en facilitation des échanges des huit Etats membres de la commission de l’UEMOA et de l’AACE. Selon les études sur les barrières non tarifaires du CCI qui couvrent plus de 1.900 entreprises dans l’espace UEMOA, trois quart des entreprises, essentiellement des PME voient la circulation de leurs marchandises entravées, notamment par des procédures douanières.

Pour Pierre Bouthonneau, expert en facilitation des échanges au CCI, l’objectif principal de cet atelier est d’adopter une nouvelle législation régionale qui autorisera l’échange électronique du certificat d’origine. « L’objectif de cette démarche est de fluidifier les échanges au sein de la région UEMOA afin de réduire le coût et les délais associés aux transactions intra-régionales. C’est aussi lever ce verrou de la nécessité de présenter un certificat d’origine papier afin que toutes les procédures puissent être faites en ligne et réduire les tracasseries à la frontière », a-t-il déclaré.

Depuis 2014, la commission de l’UEMOA met en œuvre un programme régional de facilitation des échanges (PRFE) qui vise à accélérer les reformes des procédures aux frontières dans la sous-région. L’une des initiatives de PRFE concerne la dématérialisation du certificat d’origine communautaire UEMOA relatif aux produits industriels originaires de la région.

L’UEMOA en étroite collaboration avec l’AACE a lancé un projet dans ce sens afin de sécuriser et d’accélérer sa délivrance et son traitement par les administrations des pays de l’UEMOA. Nogaye Diagne Diop, membre de l’AACE, affirme que l’organisation soutient l’UEMOA pour lui permettre de mettre sur place une plateforme qui permettrait de dématérialiser la demande, le traitement et le visa du certificat électronique à travers  une plateforme pour la fluidité du commerce intra-communautaire. Car, dit-elle, le certificat d’origine pose beaucoup de problèmes au niveau des frontières  et plusieurs entreprises voient leurs produits périr à cause des tracasseries.

La stratégie adoptée par l’alliance pour éviter ces tracasseries, selon Nogaye Diagne Diop, est progressive. D’abord à partir de la dématérialisation à travers un portail d’échanges pour les pays qui ne disposent pas de guichets uniques et à travers ce portail, le pays peut dématérialiser tous les certificats d’origine en vue de l’échange de la zone UEMOA.

Ces différentes procédures pour faciliter le commerce dans l’espace est un pas de plus pour l’UEMOA vers la mise en œuvre de l’accord de Bali sur la facilitation des échanges de  l’Organisation mondiale du commerce entreprise depuis 2013. La commission de l’UEMOA et ses membres s’y étaient distingués en affirmant leur volonté d’adopter une approche coordonnée et harmonisée au niveau régional pour la mise en œuvre de l’AFE.

Saly OUATTARA

Burkina 24

 



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *