Réconciliation nationale: Dialogue ouvert entre le HCRUN et les forces vives

174 0

Le Haut Conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) a initié une série de consultations avec les forces vives de la Nation comprenant toutes les couches sociales du Burkina. Selon ses responsables, le but est de mieux cerner les difficultés faisant obstacle à l’établissement d’une concorde nationale et d’une paix durable. Ces consultations ont débuté ce jeudi 23 novembre 2017 à Ouagadougou.

Le HCRUN a entamé une série de consultations nationales qui se déroule les 23, 24, 29 et 30 novembre 2017 sur toute l’étendue du territoire burkinabè. Le thème général de ces rencontres porte sur les « Principes, sens et moyens de la réconciliation nationale pour un Burkina apaisé ». Prennent part à ces échanges entre autres des leaders religieux et coutumiers, des organisations de la société civile, des professionnels, des leaders politiques.

« La présente série de consultations que nous entamons et qui sera étendue à toutes les couches sociales de notre pays a pour objectif de permettre au HCRUN de mieux cerner les difficultés qui font obstacle à l’établissement d’une concorde nationale et d’une paix durable au Burkina Faso », a déclaré la deuxième vice-présidente du HCRUN, Aïcha Ouédraogo/Zampalégré.

Les obstacles, une fois identifiés et répertoriés, permettront, dit-elle, de forger un consensus national autour du sens que revêt le concept de réconciliation pour le Burkinabè. La série de rencontres entamée est placée sous le patronage du Président du Faso, par ailleurs président par intérim du HCRUN.

Aïcha Ouédraogo/Zampalégré soutient qu’aucune action ne doit contraindre ou pousser un Burkinabè à se replier dans son secteur confessionnel, à se confiner dans son espace communautaire ou à se retrancher dans son sanctuaire politique et l’empêcher de contribuer à reconstruire la cohésion sociale.

« La paix est la condition première du développement et du progrès. Elle ne peut s’enraciner durablement qu’à travers un vivre ensemble fraternel et harmonieux », défend-elle. Elle a traduit sa gratitude à tous les amis du Burkina Faso et à l’ensemble des partenaires techniques et financiers qui accompagnent le processus de réconciliation.

Pour la Coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies, Metsi Makhetha, cette série de consultations marque le début d’un dialogue ouvert entre le HCRUN et la classe politique, les forces de défense et de sécurité, la société civile, les opérateurs économiques, les leaders traditionnels et religieux, et les associations de victimes.

« Malgré la complexité du processus, de nombreux peuples, sortant de crise ou parfois d’une situation douloureuse, sont parvenus à mener à bon port leur ambition de réconciliation. Le Burkina Faso dispose des ressources nécessaires au succès de sa réconciliation », a dit la Coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies. Les organisateurs de cette série de consultations espèrent qu’une approche globale et inclusive du concept de réconciliation nationale découlera aux termes des échanges étalés sur quatre jours.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre