Les policières dénoncent les violences faîtes aux femmes par un cross

1109 0

L’Association des fonctionnaires féminins de la police nationale a organisé un cross dans la matinée du samedi 25 novembre 2017 dans certaines artères de la capitale burkinabè. L’objectif pour ces policières est de dénoncer les violences faîtes aux femmes. Elles militent aussi pour une cohésion entre forces de défense et de sécurité et aussi avec la population.

Après le cross, les policières accompagnées de leurs collègues se sont adonnés à une séance d’aérobic

Les fonctionnaires féminins de la police nationale sont engagés dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Pour le faire savoir, l’association qui regroupe ces policières a arpenté les artères de Ouaga pour manifester son soutien aux femmes battues, à celles qui se lèvent tôt le matin pour acheter des légumes et les revendre, à celles qui dans les villages se lèvent tôt le matin pour parcourir plusieurs  kilomètres pour puiser de l’eau, chercher du bois pour la famille, etc.

Au niveau international, cette période coïncide avec ce qui est appelé les 16 jours d’activisme. Selon la présidente de l’Association des fonctionnaires féminins de la police nationale Yvette Zombré/Boni, pendant 72 heures, son association va mener des activités pour la lutte contre les violences faites aux femmes, l’incivisme et le leadership féminin. « Nous voulons prendre un engagement fort avec la population mais aussi entre nous forces de défense et de sécurité pour le renforcement de nos liens pour aller en rang serré », a confié Yvette Zombré/Boni, par ailleurs commissaire de police.

Pour la cohésion sociale

Elle a insisté sur le point de la cohésion qui est, selon elle, le  socle de tout. « Nous sommes les acteurs de la sécurité. Nous devons avoir la cohésion entre nous-mêmes et entre nous et la population. Si nous voulons aller vers la population et entre nous il n’y a pas de cohésion, ce sera difficile de l’être avec la population », a ajouté la présidente de l’Association des fonctionnaires féminins de la police nationale.

Plusieurs autres associations des forces de défense et de sécurité ont pris part à ce cross pour manifester leur soutien. Il s’agit de l’armée de terre, la gendarmerie nationale, la brigade nationale des sapeurs-pompiers, la douane, la police municipale, l’école nationale de la police, les Volontaires adjoints de sécurité,  le commissariat de police de Baskuy, la direction  générale de la police, la brigade anti-criminalité, et la direction des  sports et des activités culturelles qui a assuré l’organisation technique.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *