Burkina Faso : Le Faso de 2017 comme la France de Macron en 1791

407 0

Ceci est une analyse de Ousmane Djiguemdé sur le passage du président français à l’Université Pr Joseph Ki-Zerbo.

Tout ce qui se passe au Burkina Faso aujourd’hui préfigure d’un changement plus profond pour le pays, suivant l’ordre normal, et c’est une « loi mathématique » comme l’a si bien dit le Président Emmanuel Macron de la France le 28 novembre 2017, lors de son grand oral avec les étudiants burkinabè à l’Université Joseph Ki Zerbo de Ouagadougou. Le pays vit, à peu de choses près, le contexte sociopolitique de la période postrévolutionnaire française de 1789.

Un exemple envié de liberté comme la France de 1789

Avec l’insurrection populaire, le Burkina Faso est devenu le point de départ d’un formidable élan de conquête de liberté des peuples opprimés, dynamique que la Révolution d’août 1983 n’avait pas réussi à parachever, à cause de sa fin brutale. Aujourd’hui, tous se plaisent à citer l’audace et le courage de ce peuple en exemple. Ce fut la même chose en 1789, au point que l’estime des autres nations a conduit celles-ci à s’inspirer de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de France de 1793 pour édicter leurs constitutions et, plus tard, la Déclaration Universelle des droits de l’Homme et des peuples de 1946.

En rappel, cette révolution de 1789 est l’aboutissement de la mentalité des Lumières. C’était un acte courageux et fort qui a attiré sur le Français le regard passionné et admiratif des autres peuples. C’était aussi le cas en 1983 avec la Révolution sankariste dont l’idéal de lutte de libération a accompagné la jeunesse burkinabè jusqu’en octobre 2014, pendant que ses idées se répandaient comme une traînée de poudre, suivant sa prophétie : « tuez Sankara, des milliers de Sankara naîtront ! ».

Le même slogan de la révolution française « plus rien ne sera comme avant »

L’insurrection populaire de 2014 a placé très haut le niveau d’exigence politique, d’exigence démocratique, d’exigence de vertu et de redevabilité du citoyen vis-à-vis de l’État et de ses serviteurs, dans une interprétation trop tendancieuse de son « plus rien ne sera comme avant » qui n’a pas vocation à s’appliquer à lui-même.

Conclusion, il y a eu la naissance et l’instauration d’une justice vindicative, d’une auto justice et d’une autodéfense, auxquelles tous les pouvoirs (judiciaire, législatif et exécutif) sont obligés de s’accommoder parce qu’elles constitueraient la « lumière », l’éveil (Tond nina pouka min). Voilà où nous en sommes en 2017.

Cela s’est aussi passé en France en 1791, deux ans après la révolution de 1789. Pire, en lieu et place du contrat social qui était promu, il y a eu le tribunal et la guillotine qui ont instauré une terreur, sensiblement comme avec les groupes d’autodéfense et le terrorisme en 2017. C’est contre cela que se construit, par opposition, adaptation audacieuse et silencieuse, le nouveau citoyen et le nouvel État burkinabè.

L’émergence d’un individu et d’un État nouveaux

Tout comme l’était le Français révolutionnaire, le Burkinabè autoproclamé jusqu’à ce jour “insurgé”, est un objet de curiosité pour la science. En effet, il préfigure de la complexité de la nouvelle citoyenneté qui pourrait naître dans les États africains, après l’extinction des régimes dictatoriaux. Cette complexité n’est que le fruit du “télescopage” de défis immenses, entre rébellion contre l’élite et l’ordre établi internes, le fort besoin d’ailleurs et d’ouverture à une mondialisation, qu’ils ne veulent plus de leurre pour eux seuls, les contradictions relationnelles avec un Occident qui les repousse et les humilie tout en les spoliant.

Dans la France d’après révolution, il y avait Bonaparte qui a voilé son projet pour rallier à sa cause les héritiers des Lumières. Mais le résultat a bien été la désillusion. Une désillusion qui a conduit les intellectuels à se replier sur eux-mêmes et à travailler avec les citoyens pour conquérir par eux-mêmes leur autonomie plus tard.

C’est ce qui leur a permis de refonder la République et la citoyenneté, au 19ème siècle en capitalisant les frustrations et les enseignements de l’action de 1789 et l’échec de 1791. On n’est pas loin de ce tableau au Burkina Faso en 2017 où tout porte à croire que la gestion actuelle ressemble fort à un clonage du régime Compaoré.

Cette dynamique de longue durée a abouti au renforcement des fondements de la citoyenneté et de la République contre le cléricalisme et la monarchie. Aujourd’hui, au Burkina Faso, les luttes s’organisent autour des défis de définition et de quête d’efficacité d’un modèle social de citoyen, qui a du mal à prendre totalement le pas sur la propagation de la pensée hégémonique des religions (christianisme, protestantisme et islam) vers quoi la misère et le désespoir ont jeté les Burkinabè.

Un individu nouveau et un État nouveau pleins de contrastes

Malheureusement, l’impact de l’action de ces référents sociaux importés sur l’individu et l’État donne un contraste étonnant et une somme d’incohérences qui ne fait pas des religions un refuge logique et pertinent dans une République. D’abord, ils n’ont pas réussi à transformer qualitativement le courage et l’audace des citoyens en force de proposition et de construction. Elles ont plutôt encouragé l’expression excessive de l’audace et du courage par l’illusion d’un écran de protection spirituelle et communautaire. À ce jour, l’audace et le courage des citoyens sont devenus néfastes pour la gouvernance de l’État.

Ensuite, l’État a manqué d’autorité pour exiger la contrepartie du financement des partis politiques en termes d’investissement à la formation de la citoyenneté de la jeunesse, à travers un renforcement des capacités politiques, idéologiques et civiques de leurs militants. Dans ces conditions, le champ laissé libre aux religions, qui ne savent qu’enseigner le dogme en lieu et place du discernement et l’apprentissage de la critique, est exploité pour un endoctrinement plus facile au sein d’une jeunesse majoritairement peu ou pas instruite.

Comme la France de 1791, nous vivons des contradictions quotidiennes graves. À la faillite de l’État dans un secteur, certains réclament beaucoup d’État, tandis que d’autres profitent pour réclamer la fin d’État. C’est le cas de la question sécuritaire avec les groupes d’autodéfense Koglweogo. L’échec de la réalisation du projet de société proposé est mis sur le dos de la crise sécuritaire et de la lente réaction des partenaires, alors qu’on peine à mobiliser les ressources intérieures.

Il y a enfin scission qui fait exister d’un côté un peuple d’insurgés et de l’autre un peuple d’ancien régime qui se regardent en chien de faïence, à travers leurs dirigeants politiques, leurs opérateurs économiques, les franges politisées respectives de leur « administration », et peut-être plus, avec surtout le sentiment pour certains de ne pas appartenir à cet État ou celui d’une réconciliation impossible.

En somme, par ses normes et son fonctionnement, la société burkinabè (postcoloniale et contemporaine), qui aurait dû garantir et promouvoir cette citoyenneté responsable, a échoué à le faire du fait surtout de ses tâtonnements et de son immobilisme sur les questions essentielles. Le Burkinabè de 2017 n’est ni citoyen, ni sujet. Mieux, il est capable de répondre aux deux statuts à la fois, avec une forte préférence à l’obéissance aux prescriptions de sa collectivité religieuse qu’aux obligations de citoyenneté au sein de l’État. L’on paie, par exemple plus facilement la dîme, la zakat et les frais de rites coutumiers que l’impôt. L’on se plie plus facilement à la quête, à la requête et à la recommandation du prête, de l’imam, du pasteur et du chef coutumier qu’à celles de l’autorité publique. Chacun de nous est devenu ou est demeuré un citoyen hybride qui ignore ou n’assume pas sa citoyenneté.

Les vrais enjeux de la visite du Président Macron

Ce qui se joue donc au Burkina Faso en 2017 est d’un grand enjeu pour l’avenir de la France à cause du « soleil d’indépendance » véritable qu’il porte pour tous les peuples africains, l’évolution des paradigmes d’État moderne et de citoyen moderne, la reconstruction des relations entre l’individu et l’État, et surtout la place hégémonique de la France dans le concert des Nations. Macron en a pleinement conscience et souhaite anticiper. D’où sa visite au Burkina Faso.

Le Président Macron a bien lu dans ses livres d’histoire et il sait probablement que les Burkinabè sont en train de poser les nouvelles bases de l’État moderne dans la douleur certes, mais dans les sillons de l’expérience de la France de 1791. Ce changement est aussi une loi mathématique comme il reconnait l’effet d’une telle loi dans l’évolution des relations franco-africaines.

Il est établi aujourd’hui que dans le feu du changement, sous les facteurs de la peur de l’inconnu et de l’appui de la corruption électorale, dénoncée par plusieurs acteurs, les Burkinabè ont juste voulu confier la maison à quelqu’un qui semblait mieux la connaître. Cependant, il semble indéniable, au regard de l’actualité des derniers jours que ce changement se rapproche davantage. Les prémices sont dans le sentiment d’erreur et de désillusion des citoyens, consécutif surtout de la reproduction des travers mis en avant pour chasser Blaise Compaoré.

Toute l’inquiétude de Macron, mal dissimulée dans la référence au fort pourcentage de jeunes, la question démographique et son désaveu sur son argument civilisationnel, réside à deux niveaux. Il y a d’abord l’inquiétude de l’exode à l’intérieur des frontières africaines et l’exil vers l’Occident, et la France en particulier. Mais il y a surtout le danger de l’impact de l’excitation et des relents autonomistes des jeunes Burkinabè sur la pérennité des intérêts français en Afrique.

La solution par le génie de Sankara

Intelligent, aidé par le contexte de protestation, une lointaine préparation organisationnelle et intellectuelle, puis l’immaturité intellectuelle d’étudiants sélectionnés pour l’affronter, Macron a compris, qu’il réussirait s’il engageait un corps à corps avec eux sur leur propre terrain, l’audace sankariste : « oser inventer l’avenir ! ». Ainsi, il les a poussés à l’arrogance à laquelle conduit forcément la mauvaise manipulation de l’audace et du courage de Sankara sans le génie de l’homme ! Ce génie était simplement du côté de Macron.

Au-delà de cet incident, la fin du discours permet de cerner la subtilité de la démarche de Macron : « une insurrection économique et financière jusqu’aux plus petites artères du circuit économique, précédé de l’appât culturel ». Si chaque jeune africain est touché, dans le capital de son affaire par le virus de l’investissement français et si l’argument de l’appropriation de la langue et le leurre de la mobilité de l’élite fonctionnent, que restera-t-il de l’authenticité africaine ? Rien. Il s’agit-là ni plus ni moins que de la reproduction économique de la stratégie de Monsanto. Condescendance suspecte contre laquelle Sankara nous a toujours mis en garde !

Macron ne veut simplement pas que cette citoyenneté nouvelle et ce nouvel État africain se construisent sur les ruines de la France. Mieux, il veut en être le maître d’ouvrage, avec son Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA) pour maître d’œuvre. Ainsi entend-il garder, sinon accroître, la marge de sécurité économique nécessaire pour la formulation et la mise en œuvre des réformes incontournables de construction de la France du futur. Mais malheureusement, il ne s’est pas trouvé un seul intellectuel durant tout son parcours pour le contredire. L’avenir se prépare aujourd’hui et Macron veut oser inventer cet avenir africain et mondial pour les Français. Les étudiants n’étaient pas à la hauteur d’un défi où la barre était trop haute pour eux.

C’est cette vision qu’il a simplement vendue sous une forme enrobée à la jeunesse africaine. Certes, dans le nouvel ordre mondial, tous les pays sont interdépendants et il n’y a aucun avenir pour un pays qui veut établir des relations intéressées à sens unique. Mais, même dans la loi des intérêts partagés, la conquête se fait au plus fort et au plus rusé. Le théâtre du Burkina Faso, pour cette vente aux enchères de la vision macroniste des relations franco-africaines, se justifie par le fait que c’est un théâtre qui donne tout le recul idéologique nécessaire pour l’émergence du nouveau type de citoyen et d’un nouveau type d’État, qui sont en train de s’imposer par cette loi mathématique rappelée par Macron.

À contrario, dans les autres théâtres, tunisien en particulier qui a connu une révolution similaire, la réflexion n’est pas vraiment neutre à cause de la proximité et de la domination de la pensée islamique. C’est une méfiance qui se justifie certainement et est confortée par la faible emprise de la France sur les pays d’Afrique du Nord, comparativement à ceux du Sud du Sahara.

Ousmane DJIGUEMDE

[email protected]

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre