Salon du droit : La contribution des médias pour la promotion des droits humains

227 0

L’association Droit, libertés et démocratie (ADLD) organise la 3e édition du Salon du Droit  du 30 novembre au 3 décembre 2017 à Ouagadougou sous le thème « Média et Droits Humains ».

Le salon du droit est un cadre de rencontre, d’échanges et une occasion pour les personnes physiques et morales intervenant dans le domaine du droit, de la justice et de la démocratie de plancher sur des questions d’actualité de la société.

Dieudonné Lankoandé, président du comité d’organisation, a expliqué que cette activité vise à favoriser la connaissance du droit et la justice à tous les citoyens. Egalement, une occasion pour mieux comprendre, d’échanger avec les acteurs de la justice et une tribune de visibilité de services et produits, des organisations intervenant dans le domaine de droit, a-t-il précisé.

Abdou Karim Sango, juriste

Des formations des journalistes sur l’organisation et fonctionnement du système judiciaire burkinabè et international, des consultations juridiques gratuites avec les avocats, les huissiers de justice, des notaires, une exposition-vente, des projections cinématographiques et le village de la justice, telles sont les différentes articulations de cette 3e édition du salon du droit du 30 novembre au 3 décembre 2017 à Ouagadougou.

Le thème de cette année c’est « média et droits humains ». Abdou Karim Sango, juriste, a laissé comprendre que « la contribution des médias dans la promotion des droits humains est capitale ». Il a pris l’exemple de l’action des médias sur la révélation des ventes des migrants en Libye qui était méconnue du monde entier. 

« C’est une initiative à encourager pour des jeunes, qui veulent faire la promotion du civisme. Sans le civisme tous les efforts en direction du développement sont vains », a signifié Abdou Karim Sango concernant le salon du droit. En rappel, les deux dernières éditions étaient organisées par le journal « le chemin du droit ».  Mais cette 3e édition est pilotée par l’association Droit, libertés et démocratie (ADLD) en partenariat avec le journal.

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre