11-Décembre : Gaoua s’active pour recevoir le reste du Burkina Faso

1336 0

Tous les ouvrages prévus pour être réalisés dans le cadre de la commémoration tournante de la date d’accession à l’indépendance ne seront certes pas réceptionnés avant le 11-Décembre, mais ce qui reste à réceptionner, ne peut pas empêcher  la tenue de l’événement dans neuf (09) jours à Gaoua, cité du Bafoudji et capitale de la région du Sud-ouest.

Le 57 ème anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso à Gaoua, en chiffres, c’est 26 milliards de F CFA investis par l’Etat et ses partenaires. Répartie, la somme a servi aux travaux de construction de deux (02) cités de 312 logements sociaux, 163 logements économiques, de la maison de l’appelé, de l’auberge du 11-Décembre, d’un stade régional, d’une gare routière et d’un marché « modernes », d’un centre féminin de formation, de bitumage de 50 kilomètres d’artères à l’intérieur de la ville et d’une salle polyvalente de 500 places et de réunions. Les autres provinces de la région n’ont pas été oubliées. Deux (02) plateaux omnisports ont été construits à Dano et à Batié.

Les réalisations, c’est aussi et surtout ces places de la Nation construites dans les capitales de régions. « J’en ai vue rarement », s’émerveille Siméon Sawadogo, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation (MATD) face  à « cette belle place de la nation ».

A cela s’ajoutent les réalisations par des promoteurs privés. Le 11-Décembre, également la parade civile et militaire. A Gaoua, ils seront au total 5 602 participants au défilé. Selon les évaluations du ministre de l’administration territoriale, Gaoua 2017 a profité « directement » aux populations à travers l’emploi de travailleurs locaux, et l’octroi de marchés à des entreprises locales pour environ 1 milliard de F CFA.

Le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation voit en la célébration tournante par région de la  fête nationale instituée depuis maintenant 9 ans,  « un fantastique argument d’accélération du développement des infrastructures et de création de pôles urbains de croissance ». En conférence de presse, depuis la cité du Bafoudji où il situe l’opinion sur la situation, il affirme n’avoir pas pu reconnaître les lieux quand il arrivait la veille dans la soirée du fait « du bond qualitatif et quantitatif d’infrastructures ».

Les animateurs de la conférence de presse avec au milieu Siméon Sawadogo, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation

A ce stade, évalue le comité d’organisation, l’ensemble des ouvrages est à un taux de réalisation de 90%. Certes, l’objectif était de livrer l’ensemble des infrastructures, a fait savoir le ministre jugeant « assez satisfaisant » ce qui a été fait en moins d’un an. Parce que « le 11-Décembre est une machine très lourde », justifie Siméon Sawadogo, « les 100% seront réalisés dans les meilleurs délais au bénéfice des populations (et) les autres 10% vont être comblés rapidement pour qu’on arrive à 100% ».

C’est sous le sceau « diversité culturelle et citoyenneté responsable pour un Burkina Faso solidaire et harmonieux » que se déroulera la commémoration. Pour l’occasion (selon le président du comité national), des originalités telles la pierre locale taillée pour les bâtiments, « un vœu cher au maire de la ville », a été réalisée. Les ouvriers s’attèlent pour la finition des logements non encore achevés. L’autre originalité, décrit comme une activité spécifique, c’est le tir à l’arc qui sera au rendez-vous. « Si on vient à Gaoua ici, on ne tire pas à l’arc, note Siméon Sawadogo, on n’est pas encore venu à Gaoua ».

Augmentation des prix

Une augmentation sur les prix est prévue pour le temps de la commémoration. C’est le cas avec la boisson (eau comme alcool). Ainsi, le bidon d’un litre cinquante centilitres sera vendu à 600 F CFA au lieu de 500 comme d’habitude.

C’est le contraire qui aurait étonné Tagsséba Nitièma, gouverneur de la région et pour cause dit-il, quand il y a une fête, c’est l’occasion de faire des affaires et le 11-Décembre, c’est une occasion pour les populations d’en faire. Et là poursuit-il, « nous sommes dans une situation où la demande est plus forte que l’offre ». Comme pour mieux expliquer l’augmentation, Tagsséba Nitièma se réfère aux travailleurs du cuir à Kaya l’année dernière, qui ont « fait beaucoup d’argent parce qu’ils ont élevé un peu les prix pour se faire des affaires ».

Difficultés pour se loger le temps du séjour

L’augmentation des prix de la boisson, ce n’est pas l’unique situation à laquelle feront face les participants à la commémoration. Constat fait par le président du comité national d’organisation, « Gaoua est déjà plein comme un œuf ». En effet, poursuit-il, « si vous rentrez dans a ville aujourd’hui, pour avoir un logement dans la ville, c’est un problème ».  Or « le besoin s’exprime dans deux ou trois jours », constate Siméon Sawadogo à quelques jours de l’affluence vers la cité du Bafoudji.

Sans occulter cette situation à gérer, le président du comité national d’organisation félicite ceux et celles qui se sont investis depuis le début. « Objectivement, il faut reconnaître que le comité régional a fait un très bon travail », confie celui qui n’était « pas sûr » que les deux cités pouvaient être achevées avant la date commémorative.  Si tel est le cas, c’est parce que « tout le monde s’y est mis ». Conclusion, tire le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, « si on est ensemble, on fait toujours de belles choses ».

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *