« Le PNDES est à la bonne altitude dans la commune de Gaoua »

738 0

En attendant la finition des infrastructures construites dans le cadre du 11-Décembre dans la région du Sud-ouest, du Premier ministre au maire de la commune de Gaoua, tous  s’accordent à dire que la ville de « Gaoua a été transformée ». Ils l’ont indiqué lors de la cérémonie officielle d’inauguration et de réception ce dimanche 3 décembre 2017.

Avec des infrastructures « quasiment achevées », ce qui semblait improbable lors d’une visite antérieure il y a quelques mois au moment où « toute la ville était encore en chantier », le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a déclaré avoir été « impressionné par l’état d’avancement des travaux ».

Les autres étant quasiment achevées, « la seule infrastructure » où il consent qu’il y a encore des choses à faire, c’est la salle polyvalente. Dans ce cas-ci, justifie le chef du gouvernement, les travaux de démarrage ont accusé du retard. Pourquoi ? « Pour des raisons de sécurité », lance-t-il.

En effet, et c’est ce qui fait la particularité de la cité du Bafoudji, Gaoua est encerlé par des collines. Le sommet de certaines d’entre-elles sert de superficie pour accueillir certaines infrastructures. C’est le cas du gouvernorat. « L’emplacement (salle polyvalente) est tel qu’il faut qu’on observe des mesures de sécurité particulières pour appliquer les normes architecturales de manière à ce que ce joyau qui va embellir la ville de Gaoua soit réalisé dans les meilleures conditions de sécurité », explique Paul Kaba Thiéba.

Cela n’entrave pas l’organisation de la commémoration dans ce chef-lieu de région comme prévu. Pour le chef du gouvernement, accompagné pour l’occasion de six de ses ministres (culture, administration territoriale, urbanisme et habitat, infrastructures, solidarité nationale et sports),  le taux d’achèvement (estimé à 90%) est « extrêmement satisfaisant » pour la réussite de la fête du 11-Décembre.

Marché et gare routière, ces infrastructures situées sur des zones inondables

Ces deux infrastructures sont localisées dans des « zones un peu inondables » s’accordent les autorités. Parce que « ce ne serait pas des pratiques de bonne gestion que de mettre de l’argent public dans des infrastructures coûteuses et de les laisser se dégrader rapidement », le chef du gouvernement a demandé qu’il y ait un suivi rigoureux et que toutes les dispositions soient prises pour « apporter des solutions techniques le plus rapidement possible ».

Toute chose qui permettra d’éviter que la prochaine saison pluvieuse n’emporte pas avec elles ces infrastructures.

Un centre polyvalent pour la femme, « véritable actrice du développement »

Au vu des réalisations, Laure Zongo/Hien, ministre de la solidarité nationale, ressortissante de la région s’est dite « très satisfaite ». Avec cette célébration, ajoute-t-elle, « Gaoua, la région du Sud-ouest dans son ensemble, a un nouveau visage ».

Ce qui a été réalisé, pour elle, « c’est hors pair ». Fiacre Kambou, maire de Gaoua, cité du Bafoudji, hôte de la célébration, est lui aussi séduit par le résultat des travaux visant la transformation (urbanisation). « Il faut se le dire. Derrière ces festivités nationales se cachent d’énormes merveilles pour notre capitale régionale qu’est Gaoua ». Le résultat de ces merveilles : « Gaoua fait peau neuve à la grande satisfaction de ses populations ».

De gauche à droite, le ministre de l’administration territoriale, le Premier ministre, le ministre des sports et le maire de Gaoua lors de la coupure symbolique de ruban à l’entrée du stade de football de 400 places assises

De quoi le pousser à féliciter le gouvernement pour « tous ces efforts consentis en faveur de cette partie du Burkina Faso ». Des réalisations qui ont vu le jour en partie grâce à la  « détermination » des forces vives de la région. Et Fiacre Kambou de se lancer dans les commentaires. Pour lui, « le PNDES a atteint sa vitesse de croisière dans la région du Sud-ouest (et) est à la bonne altitude dans la commune de Gaoua ».

La loterie nationale burkinabè (LONAB) qui commémore son cinquantième anniversaire s’est associée aux projets de constructions d’infrastructures. Parmi le fruit des investissements dégagés par la structure dirigée par Simon Tarnagda, figure un centre polyvalent de formation au profit des jeunes filles de Gaoua. Cet autre apport, justifie le directeur général, est à inscrire à l’actif du « rôle crucial » de la femme burkinabè, « véritable actrice du développement ».

« Créer un noyau urbain fort »

Siméon Sawadogo, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation et président du comité d’organisation a expliqué que ces investissements répondent à l’orientation qui vise à « créer un noyau urbain fort à même de booster le développement de toute la région » par la mise à disposition d’ouvrages de qualité permettant l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Pour lui, il s’agit là, du passage d’un rêve à une réalité.

Pour illustration, le 1er décembre, le ministre confie s’être demandé s’il ne s’était pas trompé de ville, s’il ne se retrouvait pas à New York par hasard. Le président du comité d’organisation a déclaré partager « l’optimisme » du Premier ministre, lequel a indiqué au président du Faso « Gaoua est en chantier »  lors d’une visite antérieure des chantiers. A présent, estime Siméon Sawadogo, « Gaoua a été transformé ».

Oui Koueta

Burkina24

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *