Gratuité des soins : Les textes d’application en voie d’harmonisation

1039 0

Asseoir la politique de gratuité des soins sur des bases juridiques, c’est ce à quoi s’attèlent les différents intervenants, partenaires sociaux, techniciens de santé, représentants d’organisations de la société civile, réunis du 5 au 6 décembre 2017 à Ouagadougou.

Le «Learning by doing», (apprendre en pratiquant, en français), c’est sur cette approche que fonctionne la politique de gratuité des soins dans les formations sanitaires du Burkina Faso, ces 20 mois depuis sa mise en œuvre.  C’est donc forts des leçons apprises sur le terrain, les acquis et les bonnes pratiques enregistrées, que les acteurs s’accordent sur les documents devant servir d’arrêtés, de textes juridiques afin d’harmoniser toutes les pratiques sur le plan national en matière de gratuité de soins.

 « Nous avons préconisé des directives d’applications sur le terrain et des corrections ont été faites au cours de ces 20 mois. Maintenant, nous estimons qu’il est temps d’asseoir la politique sur les bases juridiques pour les 3 à 5 prochaines années à venir », explique Pierre Yaméogo, responsable de la mise en œuvre de la gratuité des soins.

Une dizaine de documents seront examinés et validés par l’ensemble des intervenants. Ces documents sont relatifs à l’harmonisation des tarifs.

 « C’est vrai que c’est l’Etat qui achète à la place du patient mais, il faut harmoniser les tarifs, pour dire par exemple que dans les formations sanitaires CSPS, CMA, les coûts des soins sont harmonisés à tant de franc », dit-il.

Les documents relatifs aux contrôles de l’effectivité sont ceux que les acteurs sur le terrain ou les contrôleurs s’approprient en matière de dispositif de contrôle.

Le troisième groupe de documents est en rapport avec la stratégie. Les prochaines étapes restent la signature de ces projets d’arrêtés par les ministres compétents et la validation en conseil de ministres du manuel de procédure par rapport à la mise en œuvre harmonisée dans les formations sanitaires.

Revelyn SOME

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre