Burkina : L’ANEB lance un ultimatum

639 4

L’Association nationale des étudiants burkinabè (ANEB), précisément la section Ouaga, annonce une grève de 48 heures les 21 et 22 décembre 2017, conditionnée par un ultimatum.

A l’issue de l’assemblée générale tenue le 9 décembre 2017 sur la question de la sanction de l’étudiant Bahan Yénilo, les militants de l’ANEB ont décidé de lancer un ultimatum aux autorités universitaires.

Dans un communiqué parvenu à Burkina24, l’association, en effet, “donne jusqu’au soir du 20 décembre 2017 pour la levée de la sanction“. Le “cas échéant, une grève de 48 heures sera observée dans les Universités Ouaga 1 et Ouaga 2 les 21 et 22 décembre ponctuée d’un sit-in le deuxième jour“. 

Les militants de l’association estudiantine restent en effet convaincus que les violences intervenues au sein du campus sont du fait des autorités universitaires et ministérielles. Tout en invitant leurs camarades “à se démarquer des incitations à la violence“, l’ANEB les appelle à faire front pour la “levée pure et simple” de la sanction de l’étudiant Yénilo.

A noter en rappel que des altercations ont eu lieu entre étudiants le 6 décembre 2017 lors d’une première grève décrétée par l’ANEB pour exiger la levée de cette sanction. Si pour les autorités universitaires et certains étudiants, c’est l’association qui est la cause de ces violences, l’ANEB, elle pointe plutôt du doigt les autorités.

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 4 commentaires

  1. Le Ministre Maiga a fait 4 mois sans faire cours dans la promotions socio 4 e anné
    Aussi parmis les delegues monter il ya le nommer Badolo Amendé ki a falsicier les notes devants ses camarades mais na pas été sanctioner car pions de l’administration,lui mm a causer un mois de retard pour sa promotions LM3
    Donc en tant ke sympatisant de l’ANEB je pense ke les autorités doit simplement lever la sanction. Cest la faute aux autorités d’avoir programmer le chevauchement dc pas kestion de revenir sanctioner les consequences de leurs causes.

  2. L’ANEB nest pas la cause du retard a l’université coe les propos du president de l’ANEB le ministre Alkassoum Maiga lui mm a fait trois sans faire cours dans la promtion de sociologie 4e année coma ses derniers peuvent valider sans sa matieres. Aussi parmis les etudiants ki boycotais la greve du 6 le délégué Badolo Amendés lui mm a falcifier des notes en sa premieres années entrainant un retard de un mois pour sa promotion. Au faite ne soyons pas des suivistes l’administration a ses raisons ke toi Etudiant ignore dc ne ns laissons pas avoir par leurs division. L’ANEB ne demande pas ke tout le monde soit ses militants ce ki nest pas evident mais cest de comprendre kil est la pour soutenir les etudiants. Donc ce nest pas par ce la langue a fourcher kil faut la couper,sache kil nest pas là pour le seul jour de la dite erreur. Dc prenons consciences et ne pas affaiblir la seule structure capable de ne defendre a tout moma. Suis simplement sympatisant de l’ANEB et je partage fermement leyrs points de vue. Et j’invites a tout les camarades de se demarker de ses fantos ki ne prenent le soutiens de l’administration en echanges de vos voies. Ce ki est juste il faut la defendre.

  3. Sa fait pitié pour étudiants! Si votre camarade a fauté, il mérite.sanction. c’est vs qui aimez crier.plus jamais .ça! Arrêtez de retarder votre avenir!

  4. L’aneb est la véritable cause du retard dans les université public du BURKINA-FASO. Pourquoi vous ne faites pas de revendication fiable comme contre le délestage au campus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre