Campus : Les délégués de promotions donnent de la voix

1604 0

Les délégués de promotions de l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo, à travers leur coalition, ont donné ce vendredi 15 décembre 2017, leur lecture des faits suite à la campagne médiatique de l’ANEB (Association nationale des étudiants burkinabè) qu’ils considèrent « diffamatoire, dénigrante et montée de toute pièce » à leur encontre.

La coalition des délégués de promotion de l’Université Ouaga I dit ne pas cautionner les grèves de l’ANEB  en ce sens qu’elles invitent l’administration à lever la sanction infligée à son militant qui s’est donné « le malin plaisir de porter la main à son délégué de promotion ».

Cette coalition dit ne pas être contre l’ANEB, mais représente la masse estudiantine et déclare que « tant que la cause d’une grève serait ignoble, nous allons toujours dénoncer et poursuivre les cours », affirme Moussa Ouattara, délégué adjoint  en anglais 3.

En ce qui concerne l’accusation d’ingérence du président adjoint de l’université par l’ANEB, Moussa Ouattara affirme que « on devrait le remercier, depuis le 04 décembre, le vice-président était la personne la mieux placée qu’on devrait rencontrer pour être écouté, car, il est un responsable de l’université ». Et Achille  Atiari Adjeliebou d’ajouter que « le vice-président de l’université est à remercier parce qu’il a eu la sagesse de nous dire de ne pas riposter».

La coalition des délégués est née suite aux grèves de l’ANEB, dans le but de faire valoir leur droit de vouloir faire cours. Car, pour Moussa Ouattara, « si le droit de grève est reconnu, celui de vouloir suivre les cours l’est également».

Il qualifie ainsi l’affirmation de Alexis Zabré, premier représentant de l’ANEB dont, « les étudiants à la solde de l’administration ne peuvent pas bénéficier de son soutien et doivent être  traités comme tel », de « très grave en ce sens qu’elle balaie du revers de la main les acquis des libertés individuelles et collectives pour lesquelles l’ANEB s’est toujours battue ». Par conséquent, il invite l’UGEB à travers sa  section ANEB/Ouaga à éduquer davantage ses militants afin qu’ils se conforment aux valeurs universitaires et républicaines. Toutefois, il se dit prêt à tout dialogue pour une sortie de crise.

Alice THIOMBIANO (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

There are 1 comments

  1. tout mon soutien à l’endroit de la coalation des delegués. Je suis particulièrement emerveillé par ce rappel selon lequel si le droit de grève est reconnu,le droit de suivre les cours l.est egalement pour dire que dans un Etat de droit le droit de grève est droit subjectif.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *