Burkina : Le père Noël est passé à la mairie de Ouagadougou

1446 0

En plus de l’arbre annuel de Noël,  les enfants issus des couches défavorisées en situation difficile de la commune de Ouagadougou attendent du conseil municipal « des actions efficientes et efficaces » à leur endroit. Réponse du maire Armand Pierre Béouindé à la requête : « Nous allons prendre des dispositions pour que les enfants défavorisés que vous êtes, vous passez en premier dans les écoles communales de la ville de Ouagadougou ».

La tradition de penser aux enfants en situation de mendicité et ou en situation de rue en particulier a été respectée cette année par le conseil municipal. 410 enfants nécessiteux de la commune ont reçu du père Noël de quoi manger en cette fin d’année sans être obligés de mendier.

Cette tradition, informe Drabo Rachidatou, représentante des bénéficiaires,  c’est l’organisation régulière d’un arbre de Noël, de dons de solidarité aux orphelinats et aux enfants malades à chaque fin d’année et l’organisation d’un camp de vacances pour 2017. « Décidément,  monsieur le maire,  vous êtes un père bienveillant pour les enfants en situation difficile », dira la représentante des 410 enfants.

Le maire de la capitale Armand Béouindé nuancera dans son intervention cet éloge adressé à son endroit. « Ce n’est pas un seul petit papa Noël qui est là ce soir. Tous les conseillers municipaux de la ville de Ouagadougou, ce sont vos papas Noël », répondra l’édile.

Avec cette remise,  le conseil municipal entend exprimer sa solidarité à l’égard de toutes les familles démunies qui n’auront pas l’occasion de donner un repas ou un cadeau à la fête de Noël. Et parce que l’amélioration des conditions de vie des groupes vulnérables est « un impératif » pour l’équipe dirigeante de la commune, elle s’est accordée d’offrir ce cadre de réjouissance et de bien-être en faisant sortir les enfants de leur cadre habituel.

Prestation de la troupe Wamdé

Une cause pour laquelle, Drabo Rachidatou n’a pas omis de plaider. Au-delà de la bienveillance à l’occasion de l’arbre de Noël, au nom des autres enfants issus de couches défavorisées, elle a émis le souhait qu’au cours de son mandat, le maire prenne « des actions efficientes et efficaces pour le bien-être des enfants en général et pour réduire le nombre d’enfants mendiants et/ou en situation de rue en particulier ».

Le message a été « bien compris », répondra l’édile.  Et en dehors des actions ponctuelles, a-t-il promis, le conseil municipal fera en sorte « que désormais à Ouaga, il n’y ait plus des enfants dans la rue en train de quémander ».

Ce n’est pas tout. L’action se poursuivra comme suit. « Nous allons prendre des dispositions pour que les enfants défavorisés que vous êtes, vous passez en premier dans les écoles communales de la ville de Ouagadougou », ajoutera Pierre Béouindé.  En contrepartie,  il a demandé aux enfants de ne pas oublier leurs devoirs envers leurs parents pour ceux qui en ont à savoir « être sages, respectueux et travailleurs ».

Papa Noel communiant avec les enfants à la mairie de Ouagadougou le 20 décembre 2017

Pour  plus d’efficience et d’efficacité dans les actions, le maire, conformément à ce qui relève de ses responsabilités, veut agir afin « qu’il n’y ait plus d’enfants la ville qui n’ait pas accès à l’école et qui prennent la rue comme étant un domicile ».

Recours à l’expertise des partenaires sociaux.

L’édile a déjà sa petite idée. Elle part du recensement et la réinsertion des enfants en situation de rue, de mendicité. Pour cela, il entend recourir aux ONGs qui sont spécialisées dans ce domaine auxquelles les moyens seront remis pour aider à faire réintégrer ces enfants et dans la société et dans les familles d’accueil pour ceux qui n’en ont pas et dans leurs familles pour ceux qui en ont.

De la responsabilité des parents

La première responsabilité incombe aux parents, une responsabilité que le maire les appelle à assumer. « Dès lors que nous mettons au monde des enfants,  c’est notre responsabilité de nous en occuper. La rue, ce n’est pas le domicile des enfants. Les enfants doivent vivre dans l’environnement familial et la famille doit pouvoir les encadrer pour qu’ils aient une éducation qu’ils méritent », a formulé le maire.

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *