Niger: Emmanuel Macron promet aider Niamey à scolariser plus de jeunes filles

442 0

Le président français en visite à Niamey  ce 23 décembre 2017, a annoncé que son pays allait soutenir financièrement le Niger à scolariser davantage de jeunes filles.

En prêtant mains fortes à la République du Niger dans la scolarisation d’un nombre plus important de jeunes filles, la France veut ainsi juguler, à en croire son président, Emmanuel Macron, qui en a fait l’annonce de samedi 23 décembre 2017, le phénomène  des mariages et de grossesses précoces dans ce pays.

Emmanuel Macron donnait ainsi son accord à la suite de la sollicitation de son homologue nigérien, Mahamadou Issoufou. « Notre objectif est de mettre fin aux mariages et aux grossesses précoces (…). Nous demandons à la France de nous aider », a déclaré le président nigérien Mahamadou Issoufou au cours d’une conférence de presse commune au second jour de la visite d’Emmanuel Macron dans son pays.

La France va alors initier un nouveau programme estimé à environ 10 milliards de Francs CFA. Cette manne devrait contribuer à « appuyer cette politique d’autonomisation des jeunes filles », et créer les conditions pour qu’elles restent scolarisées jusqu’au secondaire au moins.

Au Niger, “la démographie est un défi terrible” , a déploré le Président Issoufou. Le Niger connaît un taux de progression de sa population de 4 % par an à raison de plus de sept enfants par femme.

S’inquiétant de cette démographie galopante dans son pays, Mahamadou Issoufou a établi que « la population du Niger va doubler tous les 18 ans. Nous sommes 21 millions et serons 42 millions dans 18 ans. Nous deviendrons en 2050 le pays le plus peuplé d’Afrique de l’Ouest après le Nigeria », a-t-il conclu avant de relever que contenir la démographie au Niger c’est également lutter contre la migration clandestine, les menaces des groupes armés terroristes.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                    Burkina24

Source: Jeune Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre