Entreprises TIC au Burkina : L’agrément ATI bientôt obligatoire

1528 0

Dès janvier 2018, les Agréments techniques en matière informatique (ATI) deviendront obligatoires pour toutes les entreprises évoluant dans le domaine du numérique au Burkina. L’information a été donnée ce 27 décembre 2017 à Ouagadougou. C’était lors de la cérémonie de lancement officiel de la reprise des activités de délivrance des ATI.

L’Agrément technique en matière informatique (ATI) rentrera en vigueur à partir de janvier 2018. Cette reconnaissance, valide trois ans, sera obligatoire pour toutes les 3.000 entreprises burkinabè évoluant dans le secteur des TIC.

Pour l’heure, 150 entreprises sont labélisées ATI au Burkina. Une soixantaine d’entre elles évoluent dans la vente d’équipements informatiques. Ces données officielles sont de la Direction générale des TIC. Les autorités estiment que des défaillances sont constatées dans l’exécution des contrats au sein des entreprises. Raison pour laquelle l’ATI existe.

Le parrain de la cérémonie de lancement des activités de délivrance de l’agrément, Mahamadi Savadogo dit « Khadafi » soutient que le numérique est en passe de réguler le genre humain. « Le numérique est omniprésent dans notre vie quotidienne. Il offre plusieurs facilitations », explique-t-il.

L’explication donnée par la Ministre du développement de l’économie numérique et des postes, Hadja Ouattara/Sanon, rejoint celle du Président de la Chambre de commerce. « Les TIC constituent un atout déterminant pour l’atteinte du développement durable », dit-elle. Pour elle, les ATI rentrent dans le cadre du processus de digitalisation entamé au Burkina Faso.

« L’agrément technique en informatique est la reconnaissance des capacités techniques des entreprises régulièrement installées au Burkina Faso dans le secteur des TIC. L’objectif, c’est d’arriver à assainir le secteur et de donner la latitude aux professionnels du secteur de travailler sereinement et d’offrir des services de qualité aux normes internationales aux usagers », indique la ministre en charge des TIC.

Plusieurs domaines sont pris en compte dans l’attribution de l’agrément dont la vente, la formation, les applications-métiers, les solutions-intégrateurs, etc. « Vous avez une batterie de critères que les entreprises doivent respecter en fonction des cinq domaines d’application pour se voir délivrer l’agrément », insiste Hadja Ouattara qui a également annoncé que l’ATI sera bientôt dématérialisé afin de mieux atteindre les résultats escomptés.

Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *