Putsch : Diendéré situé officiellement sur les charges contre lui

1889 0

Les charges qui ont été retenues contre le général Gilbert Diendéré sont : « l’infraction à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires, incitation à la commission d’actes contraires à la discipline militaire, de trahison ». L’accusé et son conseil ont été informés de ces infractions.

Au Tribunal militaire le vendredi 29 décembre 2017, la Chambre de contrôle a lu sa décision dans le cadre du procès du coup d’Etat. Pour ce qui concerne le général Gilbert Diendéré, chef des putschistes, « d’importantes charges ont été abandonnées », à en croire l’un de ses avocats, Me Olivier Yelkouni qui s’est confié à Burkina 24.

Il s’agit des charges suivantes : crimes contre l’humanité, association de malfaiteurs, actes de terrorisme. Pour l’avocat, sur les charges retenues, certaines ne tiennent pas et dit-il, « nous allons nous concerter avec notre client pour voir la position à tenir, s’il faut se pourvoir en cassation ou aller directement devant la juridiction de jugement ».

Lire 👉 Gilbert Diendéré demande l’inculpation d’une dizaine de chefs militaires

Prenant exemple sur l’infraction de coups et blessures volontaires, Me Yelkouni ironise : « même un étudiant de 2e année de droit sait que Gilbert Diendéré n’a pas donné de coups à quelqu’un, il n’a pas personnellement causé des blessures à une seule personne ». Idem poursuit-il en ce qui concerne l’infraction de meurtre. « On sait que le général Gilbert Diendéré n’est pas descendu lui-même dans les rues pour donner des coups de feu. A ce niveau, nous estimons qu’il y a quelque chose qui ne va pas », indique l’avocat.   

Le général Gilbert Diendéré avait promis d’assumer sa part de responsabilité dans le Coup d’Etat, peu de temps après la fin du putsch. Son avocat confirme qu’« il est toujours dans cette disposition », mais précise-t-il, cela ne signifie pas que le général acceptera tout ce qui sera mis sur lui. « Tout ce qui lui revient, il est prêt à s’assumer pour autant que la loi soit respectée dans le cadre d’un procès équitable », ajoute Me Yelkouni.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *