La Déclaration de Ouagadougou prêche « Gouvernance, démocratie et affaires »

586 0

La conférence panafricaine de deux jours sur « Gouvernance, démocratie et affaires » a connu son épilogue ce mercredi 17 janvier 2018. Elle se veut une plateforme pour 150 dirigeants africains de tous secteurs. La rencontre a débouché sur le lancement officiel de la Déclaration dite de Ouagadougou. C’était en présence du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

Les 400 participants réunis dans la Capitale burkinabè ont échangé sur la gouvernance politique, l’inclusion économique en Afrique, la gouvernance collaborative, la réalisation du développement durable grâce à une gouvernance éthique, la lutte contre les menaces sécuritaires, l’inclusion économique et politique grâce aux dernières technologies.

La conférence a accouché d’une Déclaration d’intention publique appelant à une collaboration du monde des affaires, des gouvernements et de la société civile du monde entier afin de trouver des solutions aux défis de la gouvernance.

La rencontre internationale a été organisée sous forme de tables-rondes permettant aux différents participants de partager leurs expériences en matière de renforcement de la démocratie et de créations d’environnements favorables aux affaires dans leurs pays respectifs. En prélude à la Conférence annuelle du Mouvement mondial pour la démocratie, la Déclaration de Ouagadougou a été lue ce 17 janvier 2018.

Les participants, reconnaissant le droit des peuples à prendre en charge librement leur destin dans le cadre d’institutions inclusives, prônent la promotion de la gouvernance démocratique. Ils reconnaissent que ce mode de gouvernance est le « meilleur garant de la liberté individuelle » indispensable au développement économique, social et durable.

La Déclaration de Ouagadougou souligne également que les rôles des gouvernements, des parlements, des entreprises, de la société civile et des partenaires sociaux sont complémentaires dans le cadre de la réduction de la pauvreté et des inégalités, de la défense des droits humains, du renforcement de l’intégration sociale, la création d’opportunités économiques, l’instauration de la responsabilité sociale des entreprises et la protection de l’environnement.

« Nous encourageons la mise en place d’économies de marché performantes afin de garantir une croissance économique durable. Nous lançons un appel aux pouvoirs publics, aux entreprises, au monde du travail et à la société civile à œuvrer ensemble pour assurer la promotion ou, le cas échéant, l’avènement de la bonne gouvernance et de la démocratie pour des sociétés plus justes, pacifiques et inclusives », peut-on lire dans la Déclaration de Ouagadougou lue par la Conseillère à la Présidence du Sénégal, Penda Mbow.

Ladite Déclaration sera présentée à Dakar dans quelques mois au cours de la Conférence annuelle du Mouvement mondial pour la démocratie (MMD). Le Directeur du MMD, Ryota Jonen, a annoncé que 20 ateliers nationaux seront préalablement organisés. Il a par ailleurs invité les autorités burkinabè à dépêcher une forte délégation dans la Capitale sénégalaise.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre