Droits humains et santé de la reproduction : Le Burkina lance un certificat

1682 0

L’Université Ouaga II a procédé au lancement d’un certificat en genre, droits humains et santé de la reproduction en collaboration avec l’organisation Ouest africaine de la santé (OOAS). C’était ce lundi 22 janvier 2018 à Ouagadougou. Une formation qui vise à doter les acteurs de connaissances et de compétences sur les grandes questions liées au genre, à la santé de la reproduction et aux droits humains.

Les questions de populations ont toujours été au cœur des problématiques de développement au Burkina Faso. Sur les dernières décennies, en Afrique, la prise en compte du genre ou les droits humains et/ou la santé de la reproduction sont des sujets plus que jamais au centre des préoccupations des sociétés et donc des politiques publiques.

Ainsi, dans le cadre de renforcer les capacités des acteurs clés de santé sur le terrain que l’université Ouaga II a été initiée cette présente formation en partenariat avec l’Organisation Ouest africaine de la Santé (OOAS).

Le président de l’Université Ouaga II, Pr Stanislas Ouaro, a fait comprendre que c’est une formation continue diplômante de niveau certificat en (Information, éducation, communication et la communication pour le changement de comportement) IEC-CCC. Il s’agit du domaine genre, droits humains et de la santé de la reproduction.

A l’écouter, le certificat en genre, droits humains et santé de la reproduction vise à doter les acteurs de connaissances et de compétences sur les grandes questions liées à ces différents domaines. Par ailleurs, mieux outiller les auditeurs en vue de mener des campagnes de sensibilisation sur le terrain pour le changement de comportement est aussi en ligne de mire de ce parchemin. 

Des enseignements thématiques, des ateliers de travail en équipe, des présentations suivies d’échanges afin de renforcer leurs capacités, telles sont les différentes activités sur lesquelles la trentaine de participants, issus de différents ministères, ONG et associations,  se pencheront durant deux semaines.

Cérémonie de lancement du certificat en genre, droits humains et santé de la reproduction

Le Ministre de la santé, Nicolas Méda, a fait savoir que « d’énormes pesanteurs socioculturelles pèsent toujours sur le droit sexuel reproductif, surtout des jeunes et des femmes ». Il a pris le cas du mariage d’enfants.

Le chef du département de la santé a laissé entendre que cette formation profitera à des agents de profils divers. Concernant son département, Nicolas Méda a précisé qu’il s’agit de gynécologues obstétriciens, de pédiatres, de médecins chefs de district, de  sages-femmes et d’infirmiers.

 « Les droits sexuels et reproductifs au cœur des politiques publiques de santé et de genre en Afrique de l’Ouest »,  tel est le thème central de cette formation. Elle se tiendra au niveau de l’institut universitaire de formation initiale et continue (IUFIC) de l’Université Ouaga II.

Le directeur de l’IUFIC, Serge Bayala, a rappelé que sa structure est l’un des deux instituts de l’université Ouaga II qui a vu le jour en 2013 avec la mission de contribuer au développement à travers le renforcement des capacités des acteurs de terrain.

« L’on apprend en formation initiale, l’on désapprend du fait de la routine professionnelle et l’on réapprend par la formation continue du fait des développements des connaissances nouvelles», a mentionné Serge Bayala comme philosophie de l’IUFIC.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *