Burkina : Le message des Africtivistes au Président Kaboré

817 0

Des « vigies » de la démocratie et de la bonne gouvernance,  c’est le rôle que colle le président Roch Kaboré aux citoyens qui expriment leur perception et appréciation de sa gouvernance. Les Africtivistes ne s’en contentent pas. Ils l’invitent à écouter « davantage » ses concitoyens pour éviter d’avoir deux « niveaux différents » dans la société burkinabè avec une élite politique d’un côté et des râleurs de l’autre.  

L’occasion fait le larron. Cheikh Fall,  le coordonnateur d’Africtivistes ne demandait pas plus que l’entrée de Thierry Hot, conseiller du président Kaboré, dans la salle servant de cadre de formation en cyber sécurité au profit de journalistes, cyber-activistes pour faire passer un message.

« Etre activiste, lui, c’est un exemple. Ce n’est pas être dans la contestation perpétuelle ad vitam aeternam », considère-t-il. Le parcours du conseiller du président, journaliste de profession, présent à Dakar au lancement d’Africtivistes, se rappelle Cheikh Fall,  « ne l’a pas empêché aujourd’hui de venir accompagner le gouvernement burkinabè ».

Le second aspect du message à faire passer est adressé aux dirigeants africains. « Qu’ils comprennent qu’on n’est pas des opposants politiques », a décliné le coordonnateur Cheikh Fall. C’est en substance le contenu du message qu’ils ont voulu faire passer à Dakar en présence de Youssou N’dour, alors ministre de la culture, à qui ils ont demandé de faire un panel sur son engagement citoyen.

« Je le répète. Vous faites œuvre très utile. Le président Kaboré que j’accompagne trouve que vous êtes des vigies », a réagi  le conseiller du président du Faso. Celui qui confie l’avoir « suivi parce qu’il a  une idée généreuse de la démocratie » a appelé à la suite du coordonnateur d’Africtivistes à jouer leur partition de vigies  « en toute responsabilité » dans « le respect des personnes et des familles ».

En effet,  auparavant, le coordonnateur des Africtivistes qui souhaitent que leurs pays respectifs se développent et aillent de l’avant au travers de la consolidation démocratique a appelé les cyber-activistes à ne pas attendre que la construction des nations africaines vienne uniquement des dirigeants. Sans pour autant se priver de « crier et râer de temps en temps ».

Une attitude assumée qu’ils n’ont pas omis de relever lors d’un entretien à eux accordé par le président gambien Adama Barrow, après la fin de la séance de formation de Banjul. « Très ouvert, on lui a exposé notre mission,  notre volonté. On lui a remis notre déclaration de Dakar et ce pour quoi nous faisons ce travail. On lui a renouvelé le fait que nous le faisons pour accompagner nos Etats dans la consolidation de la démocratie »,  a déclaré Cheikh Fall. Ce qui est dénoncé « c’est très utile » dira le conseiller du président du Faso. Ce qui est important dans le rapport,  a ajouté Thierry Hot, c’est que « quand nous dénonçons ce qui est avéré, les lignes bougent ».

A l’image du président gambien qui « accepte la critique parce que ça va l’aider à prendre en compte les préoccupations de sa population », les Africitivistes ont transmis un message au conseiller du président burkinabè. « Un appel que nous lançons et que nous transmettons (à Thierry Hot ndlr) pour le Président Kaboré : qu’il écoute davantage la population, les citoyens. Ensemble, nous allons travailler et cela ne va pas créer de niveaux différents où on a une élite politique en haut et toute une population en bas qui conteste, qui râle ».

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *