Union Africaine: Le siège de l’institution espionné par les Chinois

786 0

Les informaticiens de l’Union Africaine ont découvert que tous les servers qu’abrite le siège de l’institution panafricaine était frauduleusement transférés à Shanghaï, en Chine.

Les faits remontent à janvier 2017. Le département informatique de l’UA constate que ses serveurs étaient anormalement saturés entre minuit et 2 heures du matin et que les transferts atteignaient des sommets. Curieux à cette heure d’arrêt des activités. C’est à ce moment qu’un informaticien, très préoccupé par la question découvre que les données internes de l’UA étaient massivement détournées. Il en ressort alors que chaque nuit, les secrets de cette institution logée dans ce bâtiment livré gracieusement en 2012 par la Chine sont acheminés à Shanghaï.

Cet informaticien a, par ailleurs, découvert que les ingénieurs chinois ont volontairement laissé deux failles : des portes numériques dérobées (« backdoors ») qui donnent un accès discret à l’intégralité des échanges et des productions internes de l’organisation. Rien de très surprenant quand on sait que l’équipement informatique a été donné  par les Chinois. Tous les contenus sensibles ont pu être espionnés par la Chine de janvier 2012 à janvier 2017.

« Ça a duré trop longtemps. A la suite de cette découverte, nous avons remercié, sans faire de scandale, les ingénieurs chinois présents à notre siège d’Addis-Abeba pour gérer nos systèmes. Nous avons pris quelques mesures pour renforcer notre cybersécurité, un concept qui n’est pas encore dans les mœurs des fonctionnaires et des chefs d’Etat. On reste très exposé», a confié sous couvert d’anonymat un haut responsable de l’UA à notre source.

Forte de cette expérience, l’UA s’est dotée de ses propres serveurs après avoir décliné l’offre de la Chine qui a souhaité les configurer de nouveau. Des dispositions sont également prises pour sécuriser les lignes téléphoniques des plus hauts responsables de l’institution

Le prochain sommet de l’UA, le 30ème, se tiendra du dimanche 28 et lundi 29 janvier à Addis-Abbeba, la capitale éthiopienne.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                      Burkina24 

Source: Le Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre