Santé au Burkina : Le SYNTSHA maintient sa grève du 31 janvier

576 0

Le Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) menace d’aller en grève d’avertissement le mercredi 31 janvier 2018. Un préavis de grève a été déposé, depuis le 15 janvier, auprès des autorités. Le syndicat exige l’annulation du procès intenté contre un des leurs, Nonguézanga Kaboré pour fait de grève, et le respect du protocole d’accord gouvernement-SYNTSHA signé en mars 2017.

La grève annoncée par les travailleurs de la santé n’est pas liée à la fermeture momentanée de la maternité du CHU Yalgado Ouédraogo. Les responsables du Bureau national du SYNTSHA ont informé, ce 29 janvier 2018, que les responsables de l’hôpital ont d’ailleurs attendu depuis dix ans cette opération de désinfection générale.

Aujourd’hui, l’on en sait plus sur les raisons de la grève d’avertissement annoncée. Le SYNTSHA part en grève le 31 janvier prochain si le procès engagé contre le médecin Nonguézanga Kaboré n’est pas annulé et si le protocole d’accord gouvernement-SYNTSHA continuera de « souffrir ». Ce sont les deux raisons principales portées à la connaissance de l’opinion publique. Le mouvement syndical dénonce le principe du procès de Nonguézanga Kaboré qui s’ouvre le jour de la grève.

« Quel que soit le verdict de ce procès, l’histoire retiendra qu’un agent de la santé humaine, militant syndicaliste en grève, donc absent du lieu de travail, avait été rendu responsable et jugé pour le décès d’une patiente à la place de ses collègues briseurs de grève qui, pendant au moins quatre heures, étaient censés être compétents pour adopter une conduite à tenir appropriée face à la situation », est convaincu Pissyamba Ouédraogo, Secrétaire général du SYNTSHA.

Ledit procès, insiste-t-il, est un procès politique, un procès contre le droit de grève et contre le syndicat. « Ce n’est pas la famille de la défunte qui poursuit Nonguézanga Kaboré, mais plutôt le procureur au nom du gouvernement », a précisé Ouangré Norbert, Secrétaire général adjoint de la CGT-B.

Ce dernier est membre de la coordination nationale des syndicats de l’enseignement qui vient de signer un protocole d’accord avec le gouvernement. Il a réaffirmé son soutien au SYNTSHA qui estime que leur protocole d’accord signé en mars 2017 est « en souffrance ».

En fait, les conditions d’application dudit protocole d’accord ne satisfont guère le SYNTSHA. Sur nombre de points, le syndicat fait montre de prudence. Ces réserves concernent notamment la mesure d’acquisition d’équipements de bonne qualité au profit des formations sanitaires et la révision de certains textes dont celui de la CAMEG qui était prévue en avril 2017.

« Le protocole d’accord gouvernement-SYNTSHA du 13 mars 2017 est en souffrance. Cet état de fait vient corroborer les remises en cause programmées des acquis des travailleurs par le manque de volonté réelle du gouvernement à respecter ses engagements », a constaté Pissyamba Ouédraogo.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Vraiment hein, un véritable dialogue de sourd! Protocole d’accord d’un côté, et de l’autre persévérance dans des options parallèles! Décidément, c’est à ne rien y comprendre.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *