Gouvernement Kaba III : Propos de nouveaux ministres

173 0

Les membres du nouveau gouvernement Paul Kaba Thiéba III étaient au Palais présidentiel ce 1er février 2018 pour une prise de contact.

Le nouveau ministre de la culture, des arts et du tourisme, Abdoul Karim Sango

Le nouveau ministre de la culture, des arts et du tourisme, Abdoul Karim Sango

« Je vais dans un premier temps remercier ceux qui m’ont fait confiance pour me confier cette lourde mission dans un contexte comme vous le savez. Je remercie, également mon parti qui m’a délégué car je suis ministre du PAREN au gouvernement.

S’agissant de ma mission, il est  trop tôt. Je n’ai pas encore ma lettre de mission, donc je ne peux rien dire. Ah ! La critique, je l’apporterai à l’intérieur du gouvernement. Les livres saints disent que « il y a un temps pour tout ».

 

 

 

Le nouveau ministre en charge de la sécurité, Clément Pengdwendé Sawadogo

« La sécurité, c’est un domaine qui est de nos jours l’une des priorités d’entre les priorités du gouvernement. Comment faire en sorte, que face aux différentes menaces qui nous assaillent que nous puissions relever le défi ? Il est vrai qu’au jour où nous sommes je n’ai pas encore les cartes en main pour définir une sorte de vision et de plan d’action.

Mais, je vais inscrire mon action dans le cadre déjà tracé par mon prédécesseur qui s’est battu de jour comme de nuit pour que la sécurité puisse être à la hauteur des défis actuels. Notamment la lutte contre le terrorisme, qui va certainement occuper beaucoup de notre temps, la sécurité sur nos voies et dans nos villes. Je mesure les défis qui m’attendent ».

Le nouveau ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré

Le nouveau ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré

« Le maître mot qui anime, qu’on soit insurgé ou résistant, sont des maîtres mots qui devraient animer un Burkinabè qui a cette responsabilité. C’est la république et ses valeurs, c’est l’action, c’est le pragmatisme pour la prospérité économique et social du Burkina Faso. C’est un devoir pour l’ensemble des Burkinabè de se mobiliser pour continuer le travail qu’ils ont commencé. L’alternance nous permet aujourd’hui de rêver d’un développement. Il faut s’y mettre, il faut travailler. J’ai dans mon parcours participé à des luttes. Parmi ces luttes, il y a l’insurrection populaire et la résistance au putsch manqué et bien d’autres. La vision vient du gouvernement. Le rôle pour nous, en tant que ministre, c’est de pouvoir les traduire en actions sur le terrain pour le bénéfice de l’ensemble des Burkinabè ».

 

Le nouveau ministre de l’énergie, Bachir Ismaël Ouédraogo

Le nouveau ministre de l’énergie, Bachir Ismaël Ouédraogo

« C’est de remercier pour l’honneur faite à ma personne et à la jeunesse du Burkina Faso. Nous savons qu’un travail a été fait dans le secteur. Nous apportons donc notre contribution avec l’expérience que nous avons sur le plan national et international. L’énergie est à la base du développement. L’accessibilité à l’énergie doit être notre leitmotiv et nous travaillerons à ça. Nous avons le kilowattheure le plus élevé de la sous-région. Nous travaillerons à ce que les coûts puissent baisser à ce niveau. Nous avons une richesse inépuisable qui est le soleil. Le Burkina Faso a l’un des meilleurs ensoleillements au monde. C’est travailler à ce que l’énergie solaire puisse être vraiment le quotidien de l’ensemble des Burkinabè et de faire en sorte que nous puissions transformer qualitativement cette richesse ».

Le ministre des infrastructures, Eric Bougouma

« Je voudrais d’abord dire merci pour la confiance renouvelée et ma fierté de participer à ce gouvernement. De continuer à déployer sur le terrain, dans les 13 régions, le plan national de développement économique et social dans son volet infrastructure. Nous allons poursuivre les chantiers que nous avons lancés et mettre en œuvre de nouveau projet. Notamment le grand projet de désenclavement de la zone de l’Est. La route Ouahigouya-Titao-Djibo  qui est dans le pipeline et la route Djiba-Garango dont l’avis de pré-qualification des entreprises a été lancée. Egalement, l’appel d’offres pour de nouvelles routes dans les périphéries de nos grandes villes. La préparation du 11-Décembre à Manga et de celui de Tenkodogo. En 2018, nous allons déployer toutes nos énergies pour faire en sorte que les infrastructures routières dans notre pays soient révolutionnaires ».

Propos recueillis par Jules César KABORE et Noufou KINDO

Burkina 24

Article du même genre

Il y a 1 commentaire

  1. Ton Message Courage à ce nouveau gouvernement. Nous attendons des résultats rien que des résultats. Courage et vous rappeler que vos actions seront jugées pour renouveler notre confiance au Président Rock en 2020. Merci

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *