Burkina : Bachir Ouédraogo veut asseoir le boom économique sur l’offre énergétique

642 0

En remplaçant Alpha Oumar Dissa avec qui il a « écrit ensemble » le programme énergétique du chef de l’Etat, Bachir Ismaël Ouédraogo, expert en énergie renouvelable, s’engage à investir dans le mixte énergétique. Cela afin de répondre à la « demande très forte » en milieu rural pour permettre à cette partie de la population d’y avoir accès, « pour ne serait-ce que lire, étudier, pour des petites choses ».

Enseignant à l’Institut international de l’eau et de l’environnement (2iE), Bachir Ismaël Ouédraogo, nouveau ministre de l’énergie, se félicite de « l’honneur fait à la jeunesse » à travers lui par le président du Faso pour relever le « défi » dans le secteur de l’énergie, « un secteur éminemment stratégique » au regard des attentes.

Travailler à réduire le coût du Kilowattheure

Anciennement coordonnateur du programme d’appui à l’entreprenariat dans les énergies renouvelables de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Bachir Ismaël Ouédraogo s’engage à « mettre toute [son] énergie à disposition » pour que le secteur de l’énergie puisse être accessible à la majorité de la population.

Le coût est aussi dans sa ligne de mire. « Nous avons l’un des Kilowattheures qui est le plus élevé de la sous-région », relève-t-il. Le Burkina Faso n’est certes pas producteur de pétrole. Et puis « il n’y a pas seulement que l’énergie fossile »,  note le ministre de l’énergie. Spécialiste en énergie renouvelable,  il annonce qu’il explorera celle-ci en misant sur le  mixte énergétique pour que « nous puissions aller de l’avant ».

Pour y arriver,  « l’équipe sortante n’[ayant] pas démérité ». Le ministre entrant qui a dit avoir « écrit avec le ministre sortant le programme du président en matière d’énergie »,  ne demande que l’appui de ses collaborateurs. « Nous avons toutes les capacités, tout l’intellect possible pour pouvoir relever ce challenge », assure Bachir Ismaël Ouédraogo.

Le nouveau ministre de l’énergie Bachir Ismael Ouédraogo (gauche) et l’ancien Alpha Oumar Dissa

Ce challenge c’est accroître l’accessibilité à l’énergie tant en milieu urbain qu’en milieu rural, investir au niveau du mixte énergétique. Estimé « autour de 5% » le taux de la population ayant accès à l’électricité en milieu rural,  « la demande [s’avère] très forte à ce niveau » avec des « populations rurales [qui] ont besoin d’électricité pour ne serait-ce que lire, étudier, pour des petites choses ».

De « façon intelligente »,  le ministre de l’énergie pense déjà aux solutions à déployer pour permettre à tous d’avoir accès à la lumière parce qu’ « avec l’énergie, c’est le début du développement ». Cela est perceptible « déjà » dans certaines communes rurales, où « dès qu’il y a l’énergie, vous voyez qu’il y a un boom économique ».

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *