Police nationale : Zango Mahamadi conduit à sa dernière demeure

907 0

Tué pendant l’attaque dont leur patrouille a été victime dans la nuit du 13 février 2018 à Natiaboani dans la province du Gourma à l’Est du pays, il a été conduit à sa dernière demeure ce vendredi 16 février 2018 au cimetière municipal de Goughin de Ouagadougou.

C’est sur l’axe Pama-Fada dans la nuit du 13 février  2018 aux alentours de 22 heures, précise le Commissaire Bambara Harouna, commandant du groupement de compagnie républicaine de sécurité Fada, que la patrouille de sept (07) éléments a été prise pour cible par un groupe d’individus non encore identifiés. Résultat « des échanges de tirs nourris ». 470 douilles de kalachnikov ont été collectées après les échanges.

L’assistant de police Zango Mahamadi touché par l’une balle ne survivra pas. L’assistant Zango a connu un seul poste d’affectation. Le groupement CRS de Fada. « Au sens strict du terme, il est tombé l’arme à la main », a dit dans l’oraison funèbre son supérieur hiérarchique, le commissaire Bambara.

« Nous souhaitons que bon Dieu l’accompagne dans son paradis », prie son grand-frère Paul Ismaël Zango. De même que « prompt rétablissement aux malades (afin) qu’ils rejoignent rapidement leurs familles ».  C’est finalement à titre posthume que cet assistant de police de 37 ans qui a totalisé 9 ans 06 mois 26 jours de service effectif a reçu la médaille d’honneur de la police nationale.

Les ministres de la défense (blanc), de la sécurité (costume) et la hiérarchie militaire et policière présentant leurs condoléances à la veuve, aux enfants et aux autres membres de la famille de l’Assistant Zango Mahamadi venus l’accompagner à sa dernière demeure.

Mesures sociales prises  

L’assistant Zango laisse derrière lui sa femme et ses 3 enfants en bas âge. « Il y a une insuffisance de ces mesures à l’endroit des familles », a déclaré le ministre de la sécurité. Pour combler ce vide, le Conseil national de la transition (CNT) s’était penché sur la question à travers la loi portant pupille de la nation en septembre 2015. Elle avait pour fondement l’engagement du Burkina Faso pour la paix dans le monde.

A présent, des troupes déployées pour la sécurisation et la défense de l’intégrité du territoire national sont la cible d’attaques qui se soldent souvent par des pertes laissant des familles inconsolables et dans le désarroi.

« Nous mesurons tous le poids, la charge morale et sociale qui découle d’un tel événement pour une famille. Nous nous attellerons à étudier cette situation dans le sens de lui trouver la réponse la plus adéquate », annonce le ministre de la sécurité qui encourage les troupes « qui se battent de jour comme de nuit contre l’adversité pour que notre pays puisse garder son intégrité et que les populations soient protégées ».

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *