Immobilier au Burkina : “L’Etat doit exercer pleinement son pouvoir”

1264 0

Ceci est l’opinion d’un citoyen sur la question de l’immobilier au Burkina Faso.

La question des lotissements refait surface et alimente les débats dans tous les milieux avec son cortège des propos pertinents et hélas souvent moins pertinents. Il faut reconnaître tout de suite que la situation des habitats spontanés est plus que préoccupante. Ceux qui y habitent ont légitimement raison de hausser le ton face à la tergiversation de l’Etat par rapport à la résolution de leurs problèmes.

Certains d’entre eux pointent un doigt accusateur sur les promoteurs immobiliers qu’ils jugent gloutons. En effet, j’estime que ce milieu mérite d’être assaini, dépouillé de tous les mafieux reconvertis en promoteurs de malheur qu’en promoteurs immobiliers. C’est là où l’Etat doit exercer pleinement son pouvoir au lieu de se laisser taxer de complice d’une situation qui sent la corruption. Cela est d’autant plus important qu’aucun pays africain ne peut se passer ni des logements sociaux ni des promoteurs immobiliers à ce stade de leur développement.

Et comme si cette grogne ne suffisait pas, les politiques se jettent de manière fort dramatique dans la danse avec les déclarations tendancieuses de Mr Thibaut Nana sur les antennes de Savane FM le lundi 19 février 2018. Sur la question des lotissements, il prétend que des chefs coutumiers auraient bradé des terres contre le modique somme de 2 000 000 F CFA.

J’estime qu’il va loin en accusant sans preuve aucune les garants de notre tradition et de la paix sociale. Que dira-t-il au Mogho Naba, lui qui s’y réfère pour raconter ses misères.  A mon avis, il serait plus sage que mr Thibaut à défaut de prouver ses allégations à l’encontre des chefs coutumiers, leur présente au moins ses excuses.

En comparant la situation de Alizeta Gando Ouédraogo aux promoteurs immobiliers actuels, mr Nana Thibaut tombe dans son jeu favori : la politique. Profiter de la misère des habitants des zones non loties pour semer le chaos et préparer   du même coup le retour de son mentor Blaise Compaoré.

Il ne faut donc pas pour une solution au problème des habitats spontanés. C’est pourquoi il déverse sa haine sur Simon Compaoré, Ministre d’Etat, Président par intérim du MPP et par devant Maire de Ouagadougou.

 Nul n’est dupe.

(…)

Jonas Compaoré

Un citoyen



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *