Maxime Kaboré, ancien candidat à la présidentielle de 2010

Burkina : Maxime Kaboré montre une « troisième voie »

269 0

Le président du Parti Indépendant du Burkina (PIB) Maxime Kaboré, candidat malheureux aux élections présidentielles passées, vient de lancer un nouveau mouvement appelé « troisième voie ». Ce mouvement vise à renforcer selon lui, le développement économique et social du Burkina Faso.

Le mardi 20 février 2018, Maxime Kaboré s’exprimait sur son nouveau mouvement lors d’un déjeuner de presse. Selon lui «après l’insurrection populaire des 30 et 31 2014 et le processus qui a abouti à l’organisation d’élections apaisées, le Burkina Faso est toujours à la croisée des chemins ».

Il ressort, du compte rendu fait par l’AIB, que Maxime Kaboré affirme que son parti, dans le but de contribuer au développement du Burkina a décidé de lancer le mouvement « troisième voie ». Selon lui, les plus grands défis auxquels le gouvernement est confronté se situent au niveau de la sécurité, la justice, la réconciliation nationale et l’amélioration de la gouvernance. De ce fait, il soutient que son mouvement proposera aux décideurs politiques des esquisses de solutions.

Selon l’AIB, Maxime Kaboré pense qu’il faut prendre en compte l’insécurité, l’incivisme, la pauvreté dans les décisions politiques pour  le bien être des générations futures. Maxime Kaboré estime également que l’insurrection populaire de 2014, le putsch manqué de septembre 2015 et les attaques terroristes ont entravé le développement du Burkina Faso. 

Toujours selon nos confrères de l’AIB, Maxime Kaboré trouve que le gouvernement semble dépassé par ces situations. Raison pour laquelle il a des difficultés à répondre aux attentes des populations.  Aux dires de l’AIB, il renchérit que «le système de santé est sous perfusion, l’insécurité va grandissante, l’économie peine à décoller, l’éducation se porte mal, les syndicats grondent et montent au créneau, en somme, le malaise social est très profond».

«Nous ne  sommes pas de la mouvance présidentielle, ni de l’opposition, nous sommes pour le progrès économique et social de notre pays», ajoute-t-il. Pour le président du PIB, les autorités et l’opposition, sont toutes responsables de la situation qui prévaut  dans le pays.

Toutefois, il souligne que Président du Faso Roch Kaboré est parvenu à des avancées significatives mais invite ce dernier à adopter des stratégies ingénieuses pour l’avancée du pays. 

Priscille Jinette BANSE (Stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre