BBDA : Bientôt le temps de la moisson pour les artistes

136 0

 Le Bureau Burkinabè des Droits d’Auteur (BBDA) procédera à sa première session de payement des droits  d’auteur de l’année 2018. C’est l’information que le BBDA a voulu porter à la connaissance de ses membres , ce vendredi 23 février 2018 à Ouagadougou.

Cette session de paiement concerne en effet, les droits de reproduction mécanique, c’est-à-dire les redevances perçues sur tous les supports dupliqués et sur toutes les fixations numériques et téléchargements et les droits de reprographie pour les œuvres littéraires.

Ces droits sont perçus auprès des secrétariats publics, des établissements qui disposent des scanners, photocopieurs et autres d’appareils pouvant servir à reproduire une œuvre. « Tout exploitant doit se présenter au BBDA pour payer une redevance qui attrait à la reproduction d’une œuvre », explique  Walib Bara, directeur général du BBDA.

Le montant de la répartition en cette session a connu une hausse de 68% par rapport à celle de 2017 soit 50 228 486 F CFA contre 29 873 087 FCFA,  permettant ainsi  d’attribuer une belle cagnotte de trois millions pour le plus gros montant à percevoir.

Ils sont au total 2 340 bénéficiaires dont 1351 membres du BBDA. Les ayant droits de cette répartition sont les auteurs, éditeurs d’œuvres littéraires membres du BBDA, les auteurs d’œuvres musicales dont les œuvres ont été téléchargées en 2017 par les compagnies téléphoniques.

La session de payement concerne aussi les droits en instance, des droits non perçus depuis des années (de 2014- 2017). Un montant de 154 265 535 F CFA, est toujours en attente de ses auteurs des ayants droits.

 « Il se peut que lors des répartitions l’artiste ne soit pas venu chercher ou avait voyagé. Il y en a qui sont allés en Europe et qui ne sont pas revenus », explique Walib Bara.

727 œuvres non sociétaires sont répertoriées. Et Delphine Somé, directrice de la répartition, de dire que cela est dû au fait qu’un artiste, même membre du bureau, qui ne déclare pas son œuvre alors que son œuvre est jouée dans une radio. La redevance est néanmoins perçue sur cette œuvre mais reste non sociétaire du BBDA jusqu’à ce que l’auteur vienne renseigner l’œuvre et entrer en possession de ses droits.

 « Il arrive qu’on appelle des artistes qu’on connait et dont les œuvres de sont pas déclarées mais pour  lesquels on perçoit des droits. S’il renseigne l’œuvre et se mettent à jour, il entre en possession de ses droits. Nous affichons aussi la liste des œuvres non sociétaires. Quand les artistes passent et ils voient leurs noms, ils passent se mettre à jour», dit-elle.

 «Passé un délai de quatre ans, ces droits seront reversés au fonds de promotion culturel », prévient le directeur général du bureau.

Pour finir, il a saisi cette occasion pour féliciter le travail abattu par la douane, les agents du BBDA et les compagnies téléphoniques qui ont se sont acquittées de leurs devoirs permettant ainsi d’accroître la recette.

Revelyn SOME

Burkina24

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *